CONFRONTEE A UNE PENURIE D’EAU DEPUIS DES MOIS : Thiénaba crie au secours

CONFRONTEE A UNE PENURIE D'EAU DEPUIS DES MOIS : Thiénaba crie au secours
CONFRONTEE A UNE PENURIE D'EAU DEPUIS DES MOIS : Thiénaba crie au secours

http://www.enqueteplus.com La commune de Thiénaba est confrontée à une pénurie d’eau, depuis pratiquement sept mois. Hier, les populations ont étalé leur soif dans la rue et imploré l’aide de la société civile et du chef de l’État.

L’eau de robinet a cessé de couler dans la commune de Thiénaba et environs, notamment Touba Guèye et Keur Madarou, depuis sept mois. Une situation engendrée par une mauvaise gestion du forage et des factures impayées à la Senelec de l’ordre de 95 millions de francs Cfa, selon certains, et de 101 millions de francs Cfa pour d’autres. Ironie du sort, la commune dispose pourtant de 3 forages dont un acquis dans le cadre du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc). Cependant, aucun des trois ne fonctionne aujourd’hui. Pour un retour à la normale, le sous-préfet de l’arrondissement de Thiénaba, informent les populations, a décidé de mettre sur pied un comité ad hoc. Mais, jusqu’à présent, le problème de l’eau persiste.

Depuis sept mois, les populations de ladite commune ne boivent que l’eau de puits. Elles comptent aussi sur le soutien d’une société chinoise qui leur fournit, chaque jour, deux à trois citernes.  »C’est cette société qui nous vient en aide. Pourtant, l’eau qu’elle nous donne n’est pas destinée à la consommation. Cette eau est très loin d’être potable. Elle devait servir dans la construction des routes. Mais nous sommes contraints de la boire. Car c’est l’unique solution. Nos mamans effectuent également plus de 10 kilomètres à la recherche de l’eau. Même les femmes enceintes et ce n’est pas bon pour leur santé. Par contre, on n’a pas le choix », se désole Pape Demba Kébé. Qui renseigne que lui et les autres habitants de la commune boivent, depuis sept mois, l’eau de puits creusés et mis à leur disposition par Serigne Seck.  »On avait cessé de consommer l’eau de puits depuis des années. Aujourd’hui, on est obligé de revenir à la case départ », fustige-t-il.

Revenant sur la mauvaise gestion de leur forage par les membres du comité, le jeune Pape Demba soupçonne des raisons politiques dans cette affaire. Depuis que la commune est confrontée à cette pénurie d’eau, les populations de Thiénaba attendent en vain le soutien de leur édile, Talla Diagne. Une maire invisible, révèle Pape Demba Kébé.  »Jusqu’à présent, le maire ne se donne pas les moyens nécessaires pour essayer de résoudre notre problème. Nous ne l’avons pas vu. D’ailleurs, moi, personnellement, je ne le reconnais plus comme maire de cette commune », dit-il.

Face à l’inertie de l’autorité locale, Ahmadou Bamba Ly, un autre habitant de Thiénaba, invite le couple présidentiel et les bonnes volontés à réagir pour mettre un terme à ce calvaire.  »Nous interpelons le président Macky Sall et la première dame pour qu’ils nous viennent en aide. Les femmes de Thiénaba sont fatiguées. Ce sont eux qui peuvent nous aider à résoudre définitivement cette problématique qui n’a que trop duré. Avec ce problème d’eau qui persiste dans notre commune, on se demande si nous sommes des citoyens à part entière », déclare-t-il, ajoutant que, lors de la récente présidentielle, la commune de Thiénaba a contribué à la réélection du chef de l’État.

Dans la recherche de solution définitive, Cheikh Diouf lance ce même appel au président de la République et à son épouse.  »Nous leur demandons de nous venir en aide. Nous demandons aussi au gouvernement de mandater une délégation des services publics de l’eau, notamment la Sénégalaise des eaux et l’Office des forages ruraux dont la mission principale sera la mise en place d’un dispositif de gestion comptable et financier des systèmes d’alimentation d’eau performante assurant l’exploitation et la bonne gestion des forages », préconise et recommande Cheikh Diouf, sous les applaudissements des populations de Thiénaba. Qui chantent, en chœur, le retour de l’eau dans toutes les maisons du périmètre communal.GAUSTIN DIATTA 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*