GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE:DES PROGRES ENREGISTRES, MAIS LES DEFIS RESTENT ENORMES

GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE:DES PROGRES ENREGISTRES, MAIS LES DEFIS RESTENT ENORMES
GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE:DES PROGRES ENREGISTRES, MAIS LES DEFIS RESTENT ENORMES

 

http://www.sudonline.sn/Sous le magistère du Président Macky Sall, le Sénégal, malgré les difficultés notées, a enregistré des progrès considérables au plan économique. En effet, durant ces 7 dernières années, des avancées significatives ont été notées  dans le domaine de l’énergie, de l’agriculture et de la pêche

Le secteur de l’énergie est sans doute la plus belle réussite de Macky Sall, même si les tarifs de l’électricité demeurent élevés par rapport à la moyenne sous-régionale.  En effet, entre 2011 et 2018, la puissance électrique installée a plus que doublé, passant de 571 MW à 1 141 MW. Encore sévèrement déficitaire jusqu’en 2014, la Senelec exporte désormais son excédent au Mali. Cette politique s’est traduite par une augmentation des investissements directs étrangers (Ide).

Le gouvernement de Macky Sall a fait du secteur de l’agriculture un des piliers de la première phase de son Plan Sénégal Emergent (Pse), qui couvre la période 2014-2017. Entre 2015 et 2019, l’enveloppe globale de l’agriculture est passée de 135 milliards F Cfa à 203 milliards de F Cfa. Le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture Sénégalaise (Pracas), d’un coût de 581 milliards de F Cfa a eu des résultats significatifs dans la majorité des produits ciblés comme le riz, l’oignon, l’arachide et les fruits et légumes.

Toutefois, l’atteinte de l’autosuffisance en riz pour le Sénégal devrait être une priorité pour le prochain gouvernement de Macky Sall. Même si on reconnait que beaucoup d’efforts ont été faits dans ce sens surtout avec la mise en place du Pracas, l’échéance de 2017 a été ratée et jusqu’à présent le  Sénégal continue à importer du riz  au niveau des autres pays asiatiques.

En matière de capacité productive, le secteur de la pêche, qui occupe plus de 600 000 acteurs, contribue fortement à nourrir la Nation et à générer des recettes d’exploitation. Durant ce septennat, le gouvernement de Macky Sall a fait  beaucoup de réalisations dans ce secteur avec la construction de nouveaux quais de pêche à Mboro, Fass Boye, Rufisque, Foundiougne, Elinkine, Kafountine, Cap-Skiring, Niaguiss, Diogué, Bignona, Ziguinchor et Ndagane Sambou…

On peut citer également la subvention d’un million de francs Cfa par moteur de pirogue, un nouveau programme d’acquisition de 19 complexes et 76 camions frigorifiques, la subvention annuelle de 20 000 gilets de pêcheurs, l’extension de la phase pilote du projet de géolocalisation pour sécuriser la pêche artisanale en facilitant le sauvetage en mer. Par contre, les accords de pêche en vue comme ceux sur le pétrole et le gaz mériteraient une attention toute particulière de la part de nos dirigeants, pour ces 5 prochaines années. D’ici à deux ans, le Sénégal devrait devenir un important producteur de gaz grâce à la découverte du champ de Grand Tortue-Ahmeyim, qu’il partage avec la Mauritanie. Ensuite suivront les premiers barils de pétrole.

Essentiellement portés par l’État, les investissements massifs du PSE ont stimulé la croissance du Sénégal. Le PIB a augmenté de manière significative ces dernières années, passant de 3,3 % en 2012, année de l’arrivée au pouvoir de Macky Sall, à 7,6 % en 2017. L’an dernier, l’augmentation du PIB, bien que légèrement inférieure, est restée forte (7 %). Le déficit budgétaire bien qu’en légère augmentation en 2018 (– 3,5 % du PIB) par rapport à 2017 reste relativement contenu, grâce à l’émission d’euro bonds à hauteur de 2,2 milliards de dollars en mars 2018

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*