Échanges avec l’extérieur : Un déficit commercial de 137,6 milliards noté en février 2019

Échanges avec l’extérieur : Un déficit commercial de 137,6 milliards noté en février 2019
Échanges avec l’extérieur : Un déficit commercial de 137,6 milliards noté en février 2019

 

http://www.rewmi.com/ Les échanges extérieurs du Sénégal ont dégagé un solde déficitaire de 137,6 milliards, au mois de février 2019, en détérioration de 50,6 milliards par rapport au mois de janvier 2019. Cette situation traduit les effets conjugués d’une hausse des importations et d’une baisse des exportations de biens.

Les exportations de biens sont évaluées à 171,1 milliards au mois de février 2019, contre 180,9 milliards le mois précédent, soit une baisse de 5,4%,  apprend-on  auprès de la  Direction générale de la planification et des politiques économiques. Ceci reflète la diminution des ventes à l’extérieur de produits alimentaires, d’« engrais minéraux et chimiques », de ciment, d’acide phosphorique  et de zircon. S’agissant des exportations de produits alimentaires, le recul observé est attribuable aux produits arachidiers, halieutiques  et aux «produits pour préparation de soupes, potages et bouillons». Cette tendance baissière a, cependant, été atténuée par la hausse des exportations d’or brut, de titane et de produits pétroliers. Comparativement à la même période de l’année 2018, les exportations de biens ont affiché une hausse de 42,7%, en février 2019, liée notamment au renforcement des ventes d’acide phosphorique, d’or brut, de titane, de zircon et de produits alimentaires. La hausse des exportations de produits alimentaires est essentiellement due aux produits halieutiques. Les exportations de produits arachidiers se sont, par contre, repliées de 15,5% sur la période. Sur les deux premiers mois de l’année 2019, renseigne-t-on, les exportations de biens se sont confortées de 45,7%, comparativement à la même période de l’année précédente, en rapport avec l’acide phosphorique,les produits alimentaires,l’or brut,le titane, le zircon et les « engrais minéraux et chimiques ».

Les exportations vers  la sous-région  ont  chuté de 21,9%

Cependant, les exportations de produits pétroliers et de ciment se sont respectivement inscrites en baisse de 4,3 milliards et 1,6 milliard sur le premier bimestre 2019. S’agissant des exportations du Sénégal vers l’UEMOA, elles sont estimées à 31,9 milliards au mois de février 2019 contre 40,8 milliards le mois précédent, soit un repli de 21,9%. Elles ont représenté 18,6% de la valeur totale des exportations de marchandises au titre du mois de février 2019 contre 22,6% un mois auparavant, soit une contraction de 3 points de pourcentage. La part des produits acheminés vers le Mali, principale destination des exportations du Sénégal dans l’Union, est passée de 57,9% à 58,3% sur la période, soit un gain de part de marché de 0,7 point de pourcentage. Le ciment reste le principal produit exporté vers le Mali avec une part évaluée à 33,5% en février 2019, suivi par les « engrais minéraux et chimiques » avec un poids de 15,1%.

Les importations  en hausse  46,4 milliards FCFA

Concernant,  les importations de biens, elles  sont passées de 304,5 milliards au mois de janvier 2019 à 350,9 milliards au mois de février 2019, soit une hausse de 15,2%. Cette progression est imputable aux produits pétroliers, aux produits alimentaires  et aux « véhicules, matériels de transport et de pièces détachées automobiles ». En revanche, les importations de « machines, appareils et moteurs », ont reculé de 8,3 milliards sur la période. Pour ce qui est des produits alimentaires, la hausse des importations est, essentiellement, tirée par le « froment et méteil », le riz et le maïs. Toutefois, note la source,  elle a été amoindrie par les achats d’« huiles et graisses animales et végétales ». À propos des importations de produits pétroliers, la hausse est attribuable aux huiles brutes de pétrole et aux produits pétroliers raffinés. En cumul sur les deux premiers mois de l’année 2019, les importations de biens se sont accrues de 13,2 milliards, comparativement à la même période de l’année précédente, passant de 642,2 milliards à 655,4 milliards.Zachari BADJI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*