Atteinte des Odd et des objectifs de l’Agenda 2063:Les réformes fiscales et la numérisation jugées essentielles au développement

Atteinte des Odd et des objectifs de l’Agenda 2063:Les réformes fiscales et la numérisation jugées essentielles au développement
Atteinte des Odd et des objectifs de l’Agenda 2063:Les réformes fiscales et la numérisation jugées essentielles au développement

 

https://www.lejecos.com/L’Afrique doit numériser ses économies, élargir sa base fiscale, empêcher la détérioration de ses recettes fiscales et l’augmentation de sa dette, et viser un taux de croissance à deux chiffres pour atteindre les Objectifs de développement durable de l’Onu d’ici à 2030, ainsi que les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Onu. C’est ce que recommande le Rapport économique sur l’Afrique 2019, publié ce samedi 23 mars à la Conférence des ministres à Marrakech.

Cette année, le Rapport économique sur l’Afrique, publication phare de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies (Cea), est axé sur la politique fiscale. Selon cette publication, L’Afrique doit numériser ses économies, élargir sa base fiscale, empêcher la détérioration de ses recettes fiscales et l’augmentation de sa dette, et viser un taux de croissance à deux chiffres pour atteindre les Objectifs de développement durable de l’Onu   d’ici à 2030, ainsi que les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Onu.
« Le rapport identifie plusieurs moyens de financer son développement accéléré grâce à la hausse des recettes fiscales », a expliqué Vera Songwe, secrétaire exécutive de la CEA, lors du lancement. « Il aborde également le rôle clé que joue la politique fiscale pour attirer les investissements et permettre une politique sociale, notamment le soutien aux petites et moyennes entreprises dirigées par des jeunes et des femmes», a-t-elle dit.
Rappelant que nous sommes à dix ans de la date butoir de la réalisation des Odd, elle a ajouté : « Les pays africains continuent de rechercher les politiques à adopter pour accélérer la réalisation des Odd. Pour beaucoup de pays, le financement demeure le principal obstacle, le deuxième étant la mise en œuvre des capacités. »
Le rapport analyse et met en lumière les défis et opportunités. Il recommande également des réformes macroéconomiques globales destinées à renforcer la résilience du système financier, en mettant l’accent sur la nécessité pour l’Afrique de passer à une croissance à deux chiffres d’ici à 2030, et de stimuler les investissements, actuellement à 25 % du Pib.
Alors que la croissance économique en Afrique demeure modérée, à 3,2 % en 2018 – à la faveur « d’une solide croissance mondiale, une augmentation modérée du prix des matières premières et des conditions nationales favorables », le rapport insiste sur le fait que l’Afrique doit faire plus, et trouver un juste équilibre entre l’augmentation des revenus et l’incitation aux investissements, afin de stimuler la croissance.
Dans certaines des plus grandes économies d’Afrique – Afrique du Sud, Angola et Nigeria –, souligne le rapport, la croissance est plus forte mais reste dépendante du prix des matières premières. L’Afrique de l’Est est la région qui connaît la plus forte croissance, à 6,1 % en 2017 et 6,2 % en 2018, tandis que l’Afrique de l’Ouest a affiché un taux de croissance de 3,2 % en 2018 contre 2,4 % en 2017. Les économies d’Afrique centrale, du Nord et australe ont connu une croissance plus lente qu’en 2017. Adou FAYE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*