Pêche industrielle : 115 navires dans les eaux sénégalaises

Pêche industrielle : 115 navires dans les eaux sénégalaises
Pêche industrielle : 115 navires dans les eaux sénégalaises

 

https://www.ndarinfo.com A ce jour, il y a 115 bateaux de pêches dans la zone économique exclusive du Sénégal. Selon la Direction de la protection et de la surveillance des pêches (Dpsp), sur les 115, les 10 sont français, 28 autres espagnols et tout le reste sont des bateaux sénégalais, si l’on en croit Babacar Sadikh Sano de la Dpsp. Il s’exprimait à l’occasion d’une journée d’immersion à la Dpsp organisée en partenariat avec le Groupe de recherche sur l’environnement et la pêche (Grep). Ces bateaux devraient d’ailleurs bientôt arrêter leurs activités, sauf prolongement du bail. En effet, les accords de pêche entre le Sénégal et l’Union européenne expirent le 19 novembre 2019.

Des acteurs comme Greenpeace et les pêcheurs artisanaux qui accusent les chalutiers étrangers de piller les fonds marins du Sénégal ne manqueront certainement pas de faire du lobbying pour que les accords ne soient pas renouvelés. Sauf que du côté de l’Etat, la vision est tout autre. Le capitaine de vaisseau Mamadou Ndiaye, patron de la Dpsp pense qu’il y a de l’exagération sur cette question. ‘’Il y a beaucoup de contrevérités dans ce que disent les gens’’. Selon lui, il n’y a pas de bateaux chinois ou russes sur les eaux sénégalaises. Par contre, ajoute-t-il, bon nombre de navires battant pavillon chinois pêchent dans les eaux des pays de la sous-région pour débarquer à Dakar, parce que c’est là où il y a l’infrastructure.

Pour les bateaux européens, soutient-il, l’accord concerne uniquement le thon et le merlu. SENEWEB

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*