Le juge prononce la libération des jeunes et femmes de l’opposition arrêtés

Le juge prononce la libération des jeunes et femmes de l'opposition arrêtés
Le juge prononce la libération des jeunes et femmes de l'opposition arrêtés

http://www.dakarmatin.com Dans une salle du palais de justice de Dakar qui a refusé du monde ce mardi, les 9 accusés dont 3 dames; qui ont étaient appelé à la barre, pour répondre des chef d’accusation pour trouble à l’ordre public, Abdourahmane Diallo, (khalifiste), Amélie Ngom (khalifiste), Malamine Fall (Grand Parti), Bigué Simonie Sarr (PDS), Aline Sow FSDBJ de Bokk Guis Guis, Binta Mbaye, Mory Gueye (Rewmi)…
Après être tous entendus, par le juge, ces jeunes de l’opposition ont tous déclaré n’avoir jamais reçu de sommation. Ce qui a permis à leur avocats de plaider  leur relâche pure et simple, pour vice de procédure. Car selon Me Ibrahima Diaw :  »il n’y a pas de fait, et s’il n’y a pas de fait, c’est une détention arbitraire. Donc il ne doit pas y avoir de plaidoirie. Ces gens doivent être libéré ». Dans sa décision, le juge a purement et simplement prononcé la libération

LIBÉRATION DES HUIT MILITANTS DE L’OPPOSITION POURSUIVIS POUR ‘’PARTICIPATION À UN ATTROUPEMENT NON ARMÉ’’

Dakar, 05 mars (APS) – Les huit militants de l’opposition poursuivis pour ‘’participation à un attroupement non armé’’ ont été libérés mardi par le Tribunal de grande instance de Dakar.

Ces huit militants de l’opposition avaient été appréhendés, au lendemain du scrutin présidentiel du dimanche 24 février dernier par la gendarmerie, suite à leur sortie d’un point de presse organisé par les candidats malheureux à cette élection.

Dans sa sentence, le juge a prononcé ‘’le renvoi des fins des poursuites sans peine ni dépens’’ à l’égard des huit prévenus attraits à la barre ce mardi.

Une décision conforme à la plaidoirie des avocats qui avaient tous tour à tour demandé au juge de renvoyer des fins des poursuites. Ils ont en effet estimé qu’il n’y avait dans cette affaire aucune preuve matérielle imputable à leurs clients.

Le procureur de la République s’est gardé de faire un réquisitoire, préférant demander au juge de se référer au procès-verbal dressé par la gendarmerie durant la garde à vue. MK/ASG

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*