Rapport sur les risques de troubles durant l’élection présidentielle du 24 février : Obasanjo, Saulos Chilima Abeokuta, Vice-président du Malawi, et deux ex-chefs d’Etat alertent

Rapport sur les risques de troubles durant l’élection présidentielle du 24 février : Obasanjo, Saulos Chilima Abeokuta, Vice-président du Malawi, et deux ex-chefs d’Etat alertent
Rapport sur les risques de troubles durant l’élection présidentielle du 24 février : Obasanjo, Saulos Chilima Abeokuta, Vice-président du Malawi, et deux ex-chefs d’Etat alertent
Partagez ce contenu!

https://actusen.sn Ce Rapport concocté par quatre anciens présidents africains ne va pas, alors pas du tout plaire au candidat sortant, Macky Sall. En effet, SourceA a appris que, dans un document estampillé «West Africa Elections», Olusegun Obasanjo, John Dramani Mahama du Ghana, Ernest Bai Koroma de Sierra Leone et Saulos Chilima Abeokuta, actuel Vice-président du Malawi soulèvent des craintes quant au scrutin présidentiel prévu au Sénégal et en Côte d’Ivoire voisine. Ces personnalités évoquent, dans ledit Rapport, des risques liés à la coupure ou à la rationalisation de l’Internet, le jour du scrutin.

L’idée de ce document est partie de la décision de reporter l’élection présidentielle du Nigeria, quelques heures seulement avant l’ouverture des bureaux de vote. Les arguments officiels avancés font état d’un déséquilibre logistique, qui serait à l’origine du report du scrutin par la Commission Électorale Indépendante, mais la réalité est autre. Selon ce document estampillé «West Africa Élections» obtenu par SourceAOlusegun Obasanjo, John Dramani Mahama du Ghana, Ernest Bai Koroma de Sierra Leone et Saulos Chilima Abeokuta, il est fait mention que les services de sécurité nigérians de même que la Cour Suprême se sont opposés à la coupure d’internet, qui était programmée, le jour du vote


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*