SIMON KOUKA DÉCLARE SA FLAMME À MACKY

SIMON KOUKA DÉCLARE SA FLAMME À MACKY
SIMON KOUKA DÉCLARE SA FLAMME À MACKY

Jeune Afrique=Le rappeur a diffusé sur Internet, le jour de la Saint-Valentin, son morceau « Yaa Tey ! », dans lequel il « déclare sa flamme » au président sortant, à quelques jours de la présidentielle – Une déclaration au deuxième degré qui fait le buzz…

Depuis l’apparition d’un post Facebook intitulé « Simon déclare sa flamme à Macky Sall », le Web sénégalais spéculait sur une éventuelle « transhumance » du rappeur Simon Kouka, 40 ans, l’un des membres fondateurs de Y en a marre. Aurait-il décidé de soutenir la candidature du président sortant, pourtant critiqué par le mouvement citoyen auquel il appartient ?

Une flamme… incendiaire

« Absolument pas ! », assure à Jeune Afrique l’intéressé, qui a sorti ce 14 février son titre « Yaa tey ! », formule wolof qui peut se traduire par « tu t’en fiches ». Une déclaration de désamour, enregistrée dans son studio dakarois, que l’artiste assure offrir au président en campagne en guise de cadeau de Saint-Valentin. « La flamme que je déclare à Macky Sall est plutôt une façon d’incendier ses promesses non respectées », avertit l’artiste.

Le morceau évoque les déceptions de ceux des électeurs de Macky Sall en 2012 qui jugent aujourd’hui que certains de ses engagements n’ont pas été tenus. « Il avait promis le passage au quinquennat, il a fait sept ans. Il avait promis de réduire le nombre de ministres à 25, il en a plus de 90 en comptant ses ministres-conseillers. Il avait promis de ne jamais nommer son frère par décret, il l’a nommé à la tête de la Caisse des dépôts et consignations », égrène le rappeur. Avec ce teaser intriguant, celui qui a contribué, en 2012, à chasser Abdoulaye Wade du pouvoir avec le mouvement citoyen Y en a marre s’offre un buzz efficace sur les réseaux sociaux.

Message d’avertissement

Avec son titre « Yaa Tey ! », Simon espère s’offrir le même succès que le duo de rappeurs Keur Gui, lui aussi membre de Y en a marre, dont le coup de griffe « Saï Saï au cœur », sorti le 31 décembre, cumule plus de 1,6 million de pages vues sur YouTube. Un titre qui parodie celui du récent livre de Macky Sall, Le Sénégal au cœur.

L’usage du mot wolof « saï saï », qui peut notamment se traduire par « vaurien » ou « voyou », avait soulevé l’indignation de la présidence. « Il faut former la jeunesse. Pas une jeunesse qui insulte tout le monde, une jeunesse qui insulte les présidents. Nous n’allons pas nous développer avec ça », avait même rétorqué Macky Sall à l’occasion d’une conférence internationale sur l’émergence en Afrique.

Simon, lui, revendique le droit de mettre des mots sur la déception que lui inspire le mandat de Macky Sall . « L’objectif est de dire aux Sénégalais qu’il ne faut plus laisser un dirigeant venir nous raconter n’importe quoi. Ce serait un bon signal pour le Sénégal, et plus largement l’Afrique, si Macky Sall était sanctionné lors de cette élection. Un message envoyé à ceux qui suivront : “On ne se laissera plus berner !” » Manon Laplace

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*