Incidents de Tamba : Macky Sall appelle au calme

campagne presidentielle Incidents de Tamba : Macky Sall
campagne presidentielle Incidents de Tamba : Macky Sall

Le candidat de la Coalition Benno, le Président Macky Sall, a appelé hier au calme, après le meurtre d’un militant de Benno par des nervis du PUR. « J’ai appris avec tristesse la mort d’un militant de Benno, savagement assassiné. Ce n’est pas acceptable, mais je vous demande de ne pas céder à la provocation. Mais ce n’est pas acceptable. Il faut qu’ils sachent que force restera à la loi. La campagne ne peut pas être le prétexte pour la violence », a déclaré le Président Sall. Après avoir présenté ses condoleances, il a invité les leaders à lancer le même appel à leurs militants.

La parenthèse aussitôt fermée, le Président Sall a abordé la question de la paix en Casamance. Il a à cette occasion renouvelé son appel en demandant «aux fils de la Casamance mais également à tous les Sénégalais de s’entendre et de s’unir autour de l’essentiel. Pour que la Casamance retrouve durablement et définitivement la paix et la stabilité. Car sans la paix aucun développement n’est possible».

Il est à signaler qu’au milieu de son adresse à la population d’Oussouye, l’ancien roi des arènes et non moins fils de la Casamance, Balla Gaye2 à fait irruption au meeting. Il est venu témoigner son soutien au candidat Sall qui l’en a remercié vivement.

Macky défiscalise le Tourisme

Face aux populations du Cap Skirring, le Président Sall a rappelé la création d’une «Zone Touristique Spéciale de la Casamance». Celle-ci est accompagnée par des mesures de «défiscalisation qui visent à promouvoir l’investissement et la création d’emplois». D’ailleurs,  les premières réponses à cette politique sont entrain d’être apportées par le Club Med qui a élargi sa capacité d’accueil en ajoutant 150 lits à son hôtel. Au plan des infrastructures, le President Sall a évoqué l’assainissement en cours du Cap, la construction de la route Djembering-Cap-Skirring, la dotation des centres de santé en sage-femmes.

Aux populations de Cabrousse, il a annoncé que la demande de construction d’un musée dédié à Aline Sitoe était à l’étude.

En attendant, le PUDC dont la pertinence et l’efficience ne sont plus à démontrer, continuera dans sa dynamique pour apporter davantage de bien-être aux populations locales. Il multipliera les pistes rurales, les dons de matériels d’allégement des travaux domestiques et la réalisation de forages parallèlement au PPDC qui s’occupe du renforcement du programme rizicole.

Cette présence de l’Etat auprès de ses administrés de la station balnéaire du Cap Skiring et, ses efforts durant le mandat finissant, ont convaincu le candidat Macky Sall que la ville sera à ses côtés pour consolider les acquis sociaux dans le cadre du Plan Sénégal Emergent.

CASAMANCE : MACKY SALL PROMET DES PONTS À LA PLACE DES BACS

Ziguinchor, 11 fév (APS) – Au deuxième jour de son séjour dans la région naturelle de Casamance, pour les besoins de la campagne électorale, le président sortant s’est engagé à poursuivre la mise en œuvre de projets d’infrastructures devant déboucher à terme sur le remplacement de tous les bacs de franchissement par des ponts, dans cette partie sud du pays.

 Visiblement satisfait des réalisations entreprises depuis son accession à la tête du pays (en 2012), Macky Sall a notamment promis de continuer la mise en œuvre de projets dans le domaine des infrastructures en Casamance avec le slogan « des ponts partout, zéro bac », lors d’un grand meeting organisé lundi à Ziguinchor, la capitale du Sud.

En provenance d’Oussouye, de Cap-Skirring et de Goudomp dans la région de Sédhiou pour des caravanes et des meetings, Macky Sall est retourné à Ziguinchor dans le cadre d’un meeting départemental au rond-point Aline Sitoé Diatta.

Une foule nombreuse a assisté à cette manifestation en même temps que tous les leaders locaux de Benno Bokk Yaakaar, la coalition portant sa candidature. Satisfait de cette mobilisation, le candidat à sa propre succession n’a pas hésité à soutenir que Ziguinchor avait remporté la bataille de la mobilisation, en attendant Kaolack et Nioro, des localités du centre du pays.

« J’ai consacré une belle politique de développement avec des investissements massifs et des réformes. La Casamance est la région pilote de l’acte 3 de la décentralisions en vue de procéder à la territorialisation des politiques publiques. J’ai aussi fait de la Casamance une zone touristique d’intérêt national avec un congé fiscal de six ans pour les acteurs touristiques », a-t-il fait valoir.

 « Entre 2015 et 2018 nous avons réalisé des investissements de 450 milliards FCFA pour la réalisation de 58 projets majeurs dans tous les secteurs de la vie économique comme les infrastructures dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture », a ajouté Macky Sall.

 La mise en place en 2014 du Projet pôle pour le développement de la Casamance (PPDC), un « programme structurant de l’action de l’Etat en Casamance pour promouvoir les perspectives de paix dans la région », figure parmi les réalisations citées par le candidat de BBY.

Il a, dans le même temps, loué ’’les résultats probants’’ obtenus dans le désenclavement terrestre, aérien et maritime de la Casamance, promettant, au passage, la reconstruction la Route nationale numéro 4 dans sa partie reliant Sénoba à Ziguinchor, à Mpack, premier village frontalier avec la Guinée-Bissau.MTN/AKS/ASB

Macky Sall : «Nous devons tous travailler pour la paix définitive en Casamance»

http://www.emedia.sn Après Cap-skirring, le président sortant a fait cap sur Oussouye où il a été accueilli triomphalement par les populations. Face aux nombreux militants acquis à sa cause, le candidat de la coalition Benno Bokk Yakkar a appelé à la paix en Casamance. « Unissons-nous. Nous sommes tous des fils de ce pays appelé Sénégal. Nous devons travailler à consolider cette paix sans laquelle aucun développement n’est possible. Nous devons tous travailler pour que la Casamance respire durablement et définitivement la paix », a déclaré Macky Sall. Profitant de l’occasion, il a célébré la mémoire feu Bruno Diatta, natif de cette localité.

« Vous ne serez plus oubliés… »

Par ailleurs, il est revenu sur ses réalisations dans la zone. A l’en croire, avant 2012, le taux d’électrification dans cette contrée était de 2%. Aujourd’hui, s’enorgueillit-il, il est à 82%. Poursuivant, il informe avoir déjà réalisé un collège neuf à Elinking pour 200 millions de francs CFA, en sus, de la construction d’un bloc scientifique à Oussouye. Mieux, il dit avoir doté le département d’Oussouye de trois ambulances médicalisées et envoyé des sages-femmes à l’ensemble des postes de santé du département. « Le travail engagé devra être poursuivi après le 24 février 2019. J’aime la Casamance, je l’ai dans mon cœur et je sais que vous me portez dans votre cœur », a déclaré le président sortant pour demander le suffrage des sénégalais. Avant d’ajouter : « Vous ne serez plus oubliés populations de la Casamance dans les politiques publiques tant que je serai à la tête du pays. Je vous demande un nouveau pacte de 5 ans ensemble avec vous pour le développement inclusif de la Casamance ». ALIOU DIOUF

LITIGE FONCIER À CAP-SKIRING : MACKY PROMET DE PRENDRE LES CHOSES EN MAIN

http://www.emedia.sn Le litige foncier qui opposait la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (Sapco) aux populations de Cap-Skirring (Oussouye) est en phase d’être réglé. C’est le président sortant, Macky Sall qui a annoncé la nouvelle ce lundi lors de son passage à Cap-Skirring dans le cadre de la campagne électorale pour l’élection présidentielle du 24 février prochain. « Nous avons noté les difficultés qu’il y avait entre la Sapco et les populations. C’est une question qui est en voie de règlement afin que la question foncière soit bien traitée », a déclaré le président de la République. Qui indique avoir fait de la Casamance une zone touristique spéciale. C’est pourquoi il avait, rappelle-t-il, décidé de défiscaliser le secteur touristique en Casamance pour promouvoir l’investissement et l’emploi. Poursuivant, Macky Sall relève avoir lancé un certain nombre de travaux dans la ville. « Puisque Cap-Skirring est totalement une ville touristique, il est important que l’assainissement soit pris en compte. Et l’Etat apportera le soutien à la commune pour que la ville soit une ville propre, une ville assainie. Et dans ce cadre, ce programme d’assainissement est en cours », a promoi le candidat de la majorité présidentielle. Mieux, il a annoncé la réalisation du musée Aline Sitoé Diatta et le renforcement de la production rizicole dans tout le département de Oussouye. « Je pense que Ousouye et le Cap sera à mes côtés comme l’avez fait pour la continuité du Plan Sénégal émergent, pour la consolidation des acquis sociaux avec la couverture maladie universelle. Nous sommes en train de construire une cuve à kérosène pour que les avions puissent prendre leur ravitaillement depuis le cap », indique-t-il. ALIOU DIOUF

Etat d’exécution du “Yoonu Yokkuté” : Résultats d’une autopsie !

https://actusen.sn/ On en sait davantage sur l’état d’exécution du Programme ‘’Yoonu Yokkute’’ proposé, à la veille de la Présidentielle de 2012, par Macky Sall, candidat d’alors à la succession d’Abdoulaye Wade. SourceA, qui a plongé dans les conclusions du Rapport de «Mackymètre», un outil d’évaluation de l’état d’avancement des projets regroupés dans ledit Programme, est en mesure de donner, avec exactitude, le nombre de promesses déjà réalisées, en cours ou pas, jusqu’à ce jour, matérialisées.

48% des promesses faites dans le programme de campagne de 2012 n’ont pas encore vu le jour ; contre 34.5% qui sont en cours et seulement 17.6% qui ont été réalisées. Dans le deuxième jet de ses investigations, SourceA vous entretiendra du niveau de Projets exécutés ou en cours de l’être ou, qui, jusqu’ici, ne sont pas encore sortis de terre, dans le cadre du Plan Sénégal Emergent. Où Macky Sall a fait de meilleurs résultats.

Pour sa campagne de 2012, le président Macky Sall, alors candidat à la Présidentielle, avait proposé aux Sénégalais le Programme, «Yoonu yokkute» (la voie du progrès). Le document contenait cent quarante-huit promesses que le candidat de l’époque avait appelées mesures-clés. Toutes ces mesures proposées, tournaient autour de 3 principales priorités, que sont la jeunesse, les femmes et le monde rural.

Et celles-ci, regroupées en 5 axes solidaires : mettre fin aux injustices sociales, assurer les bases économiques du développement, atteindre une productivité développante, devenir un modèle de démocratie efficace, garantir la paix, la sécurité, la stabilité et œuvrer pour l’intégration africaine. Ce qui en faisait, au total, cent quarante-huit (148) mesures-clés.

Depuis son accession à la Magistrature suprême en 2012, le Président Macky Sall a déroulé son plan d’actions sur la base du «Yoonu yokkute». Même si, depuis 2014, il travaille sur la base du Plan Sénégal émergent (Pse) qui est différent de son Programme (Ndlr : nous y reviendrons dans l’une de nos prochaines éditions), avec le Programme initial, certaines de ces mesures ont pu être réalisées d’autres sont en cours. Mais la plupart ne sont pas, à, ce jour, faites.

148 mesures, 26 réalisées, 51 en cours et 71 pas faites

Pour avoir une idée claire et objective des réalisations des promesses du chef de l’Etat, SourceA s’est référé à la Plateforme dénommée Mackymètre. Ceci est un outil, qui permet d’avoir une évaluation objective de toutes les mesures-clés du «Yoonu yokkute». Et le site est accessible à tous les Sénégalais, qui éprouvent le besoin d’avoir une idée précise de l’état d’avancement des promesses formulées, à l’époque, par le président sortant, Macky Sall. Une visite de la plateforme, guidée par un des responsables de l’outil informatique, permet à votre canard d’écrire, sans courir le risque d’être démenti, que sur les 148 mesures proposées au peuple sénégalais en 2012, le président en a réalisé que 26. Cinquante et une (51) sont en cours d’être réalisées et 71 ne sont toujours pas faites.  En termes de valeur relative, cela fait 48% de mesures-clés pas faites ; 34.5% en cours et 17.6% de projets déjà réalisés.

Santé et bien-être ; Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation ; Agriculture-Elevage-Pêche et Aquaculture ; Industries, Artisanat, Mines et BTP ; Lutte contre la corruption : les secteurs délaissés

Sur les 4 mesures prises dans le secteur Aménagements, maitrise de l’eau, équipements et technologies agricoles, une seule a été réalisée. En ce qui concerne la Santé et le bien-être, le candidat d’alors avait annoncé 6 mesures dans son Programme du «Yoonu yokkuté», rappelle Mackymètre. Mais une seule a été réalisée en sept ans. Et il s’agit de la Couverture maladie universelle (Cmu). Quatre ne sont pas faites et une est en cours (Construction et équipement de 10 nouveaux hôpitaux de niveau régional et d’au-moins, d’un Centre de santé équipé dans chaque Commune ou Communauté rurale).

Le secteur de l’Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation est, aussi, en souffrance, malgré tout ce que le Gouvernement tente de faire croire. Pour cause, des six promesses faites, aucune n’a été réalisée. Et pourtant, il s’agit bien d’un secteur important. La seule mesure, qui est en cours, concerne le «désengorgement de l’Université de Dakar en, créant de nouvelles Universités dans la banlieue».

Le secteur Agriculture-Elevage-Pêche et Aquaculture, qui constitue une des priorités, n’a pas connu d’avancées. Là-bas, aussi, six promesses ont été faites. Deux sont toujours en cours de réalisation et quatre ne sont pas encore faites.

Industries, Artisanat, Mines et BTP : dans ce secteur, il y a eu six mesures. Là, seule l’une d’elles une est en cours d’exécution. Il s’agit de la mise à disposition des entreprises à fort potentiel de développement, les moyens capitalistiques de leur expansion (Raffinerie, Oléagineux, Cimenteries, Agroalimentaires, Télécoms, BTP, Médias, etc.) en renforçant leur capital par la création d’un Fonds Souverain d’Investissement Stratégique (Fonsis) de 250 milliards. Les cinq autres ne sont pas faites.

Dans la lutte contre la corruption, le Gouvernement est à la traine, si l’on se fie, également, à l’instrument de mesure qui intervient dans l’évaluation de la gouvernance publique de plusieurs pays africains. Six mesures-clés ont été prises deux ont été faites et les quatre n’ont pas été faites. Pourtant, la liste est loin d’être exhaustive.

Macky très bien noté dans la gouvernance exemplaire et «rassemblée» ; le règlement du conflit de la Casamance

Même si la majorité des promesses faites aux Sénégalais n’ont pas été tenues, jusqu’ici, tout n’est pas sombre. Car il y a des secteurs où tout est vert (faits) ou presque. Dans les Secteurs comme la Gouvernance exemplaire et «Rassemblée», d’énormes progrès ont été consentis. Sur les dix mesures, cinq ont été réalisées, trois sont en cours et seulement deux n’ont pas été faites.

Pour le Règlement du conflit de la Casamance, neuf mesures étaient nécessaires. Les six sont en cours d’exécution et seulement trois n’ont pas été faites.Ndèye Aminata Sagar DIAHAM

PLATEFORME « MACKYMETRE.COM » : Un outil d’évaluation fiable des réalisations du Gouvernement

Le Mackymètre est un outil informatique permettant d’évaluer les réalisations du Gouvernement. Loin d’être politique, la Plateforme permet aux citoyens d’avoir une idée précise, en toute objectivité, de l’état d’évolution de toutes les mesures

En 2013, quatre informaticiens ont mis sur pied la Plateforme. Cette idée est née, selon Daouda Diaw, un des membres fondateurs de «Mackymètre», d’une discussion entre lui et ses camarades. Voulant se faire une idée précise et non partisane de l’avancement des projets. C’est de ces discussions que leur est venue l’idée de créer cette Plateforme. Le projet est d’une telle réussite, que plusieurs pays africains l’ont copié et appliqué. La preuve, la Gambie a son «Barrowmeter» ; au Nigéria, il y a le «Buharimeter» ; au Bénin, c’est le «Talonmètre». De même qu’au Burkina Faso, avec le Présimètre.

Partout dans ces pays, Daouda Diaw et ses camarades, qui ont été les pionniers dans le domaine, ont été invités à former des techniciens destinés à gérer les Plateformes respectives de leurs pays. D’ailleurs, au Burkina, ils ont même reçu une distinction des Nations-Unies. Tout cela prouve que le projet est fiable, sûr et objectif.

Au Burkina, ‘’Présimètre’’, l’équivalent de ‘’Mackymètre’’, a reçu une distinction des Nations-Unies

Mais ce que les initiateurs de la Plateforme déplorent, c’est le fait que, malgré sa réussite hors de nos frontières, l’outil reste inconnu des Sénégalais. Pourtant, plusieurs sorties médiatiques ont été faites pour cela. De la presse locale, en passant par Radio France International (RFI), qui s’est intéressée de très près aux missions de Mackymètre.Ndèye Aminata Sagar DIAHAM

Macky Sall a envisagé sa défaite ce lundi : «que les candidats nous disent s’ils vont poursuivre avec le PSE au cas où…»

https://www.pressafrik.com Animant un meeting dimanche à Goudomp, Macky Sall a exhorté les autres candidats pour la présidentielle du 24 février prochain à éclairer la lanterne des Sénégalais sur leur position concernant le Plan Sénégal émergent (PSE), si l’un d’entre eux arrivait à la magistrature suprême.

«Pour la période 2019-2024, nous avons réussi à récolter 7000 milliards pour construire le Sénégal», a déclaré Macky Sall lundi. Le candidat de la coalition présidentielle qui présidait un meeting à Goudomp, en a profité pour interpeller ses adversaires. «Avec l’argent que nous avons engrangé, il faut que ceux cherchent à devenir Président nous disent s’il viendront avec un nouveau programme où c’est les programme de Macky Sall qu’ils vont appliquer»?

Macky Sall-Cap Skiring : «Le Club Med vient de décaisser 16 milliards pour…»

https://www.pressafrik.com Le candidat Macky Sall s’est rendu ce lundi 11 février à Cap Sikiring où il a promis de poursuivre sa politique de «renforcement du secteur touristique» s’il est réélu chef de l’État le 24 février prochain.

Nous allons faire se la Casamance une zone touristique spéciale. J’avais décidé et la loi etait votée, de défiscaliser le secteur touristique en Casamance pour promouvoir l’investissement et l’emploi. D’ailleurs «Le Club Med vivent de décider d’injecter 16 milliards de francs CFA pour renforcer et élargir son hôtel ici à Cap Skiring pour 150 lits additionnels».

Ces propos sont du candidat Macky Sall, lors de son passe ce lundi à Cap Skiring. A l’en croire, cette décision le conforte dans sa décision de défiscaliser le secteur. Mais, il promet de renforcer le budget destinée à cette citée balnéaire avec la construction de route la route entre Diembereng et Cap Skiring longue de 10 kilomètres sera très bientôt effective ainsi que le musée Aline Sitoé Diatta, lequel est à l’étude sont là les premières réponses qui ont été apportées à cette politique de défiscalisation du secteur touristique.

 «Nous allons aller plus loin», poursuit-il. Car, indique Macky Sall, une cuve à kérosène «pour que les avions puissent pendre leurs ravitaillement depuis le cap» est en train d’être construite et une école professionnelles touristique sera érigée dans cette contrée. Pour ces raisons, conclut-il «Oussouye, Cap Skiring en particulier, sera à mes côtés » pour la victoire finale.Ousmane Demba Kane

La phrase polémique de Macky à Bignona : «Si vous voulez que la Casamance intègre le Sénégal,votez BBY»

Le Président sortant a commis une grosse maladresse en voulant charmer la population casamançaise. Sans mesurer l’ampleur de ses mots utilisés, Macky Sall déclare : « Si vous voulez que la Casamance intègre carrément le Sénégal dans le cadre du développement, votez la coalition Benno Bokk Yakar (BBY)». Une déclaration qui semble promouvoir insidieusement le séparatisme.

« 450 milliards, c’est la somme que j’ai injecte, en 7 ans, en Casamanace. Jamais nous avions connu une stabilité économique, une paix aussi durable, un avenir aussi prometteur en Casamance », poursuit-il devant ses milliers de militants sortis dans la rue pour l’accueillir.

Le candidat de la coalition Bby d’enchaîner « Je veux vous proposer une nouvelle Casamance bâtie et cristallisée autour de la paix, qui sera réalisée autour de la paix, qui sera réalisée sous nos yeux. Une Casamance avec des ponts partout, des routes partout, une navigation maritime, aérienne et nous l’avons commencé. Une Casamance avec le pont Farafégny. Nous avons beaucoup de projets pour la Casamance ».Aminata Diouf

Augustin Tine aux femmes de Bby:«Nous allons gagner largement le département de Thiès»

Seneweb.com | La mouvance présidentielle espère encore sortir victorieuse des prochaines échéances électorales dans le département de Thiès où pratiquement tous les maires ont rallié la coalition Benno Bokk Yakaar, excepté les trois communes de Thiès. Coordonnateur de l’Apr dans ledit département, le ministre Augustin Tine, venu présider le meeting des femmes de la coalition Benno Bokk Yakar, dimanche à Thiès, a mis à profit l’initiative de Ndèye Tické Ndiaye Diop, coordonnatrice départementale des femmes de la coalition présidentielle, pour leur rappeler les consignes du candidat Macky Sall consistant à « faire du porte à porte pour vulgariser son bilan ».

Augustin Tine de mettre en exergue le bilan de son candidat dans nombre de secteurs d’activités en sept ans d’exercice. Et d’insister : Que « chacun retourne chez lui et travaille sa base, discute avec les proches et surtout les opposants pour leur dire ce que le Président a fait ». Au passage, insiste-t-il sur l’unité des responsables et militants, et que soient tues les divergences. « L’objectif principal est de réélire le Président Macky Sall. Tout le monde sait que l’émergence tant souhaitée, on ne peut l’avoir qu’en accordant un second mandat au Président Macky Sall. On n’aura pas besoin d’attendre 2035 pour l’atteindre avec la découverte du Pétrole… », dit-il. « Avec l’engouement et l’unité que j’ai constatés un peu partout dans le département et dans les communes, je suis convaincu, si on continue sur cette lancée, nous allons gagner largement dans le département de Thiès ».

Le député Abdou Mbow quant à lui, est revenu largement sur les réalisations du ¨Président Macky Sall et estime « que les femmes devront être au premier plan pour la réélection du Président de la République Macky Sall, puisque de 2012 à nos jours, les prix des denrées de première nécessité n’ont pas connu de hausse ». Pour ce qui relève des bourses familiales, «80% des bénéficiaires sont des femmes», souligne le coordonnateur du comité électoral à Thiès-Est. Non sans rappeler la réhabilitation du stade Lat-Dior de Thiès par le Président de la République, Macky Sall, attendu à Thiès où il battra campagne, le 17 février prochain.    Momar Mbaye-

 Parcelles-Assainies-Présidentielle 2019 : Amadou Bâ et la Coalition du président sortant marque leur territoire

http://www.lactuacho.com Une rencontre avec l’Abbé Gérard Diène, vicaire général de la Cathédrale Eglise des Parcelles Assainies, rencontre avec le curé Marcel Thiaw suivi d’un grand meeting Calebasse de l’émergence organisé par Mme Aïssata   Bily Bâ épouse du Délégué Régional de Dakar Amadou Bâ et enfin un meeting du Mouvement des femmes Soninké organisé par le maire Kalidou Wagué tel était l’agenda de Amadou Bâ hier dimanche !

L’église des Parcelles Assainies a regorgé de monde cet après – midi, jeunes et femmes tous venus manifester leur soutien à leader Amadou Bâ. M. Richard Malou qui dirige la coordination des jeunes de la paroisse a déclaré « Nous vous sommes reconnaissant pour tout ce que vous faites pour la jeunesse des Parcelles Assainies ». Nous avons l’obligation de vous soutenir, rassurez-vous que les femmes sont derrières vous et votre femme a martelé une militante.

Amadou Bâ le Délégué régional de Dakar a effectué une visite à la Cathédrale de Dakar, la délégation s’est entretenue avec l’Abbé Gérard Diène sur les projets et également de solliciter des prières pour la réélection du président Macky Sall.

En outre, Amadou Bâ a signifié qu’il dit suivre de près le dossier de Popenguine et qu’il va attirer l’attention du Président par rapport à ce dossier. L’abbé a sollicité Amadou Ba pour une audience avec le Président. A noter que la délégation était composée du Ministre Conseiller Zahra Iyane Thiam, du député Diop Sy et son Conseiller technique Ange Mancabou

Le curé des Parcelles Assainies Marcel Thiaw a remercié Amadou Ba pour les subventions à l’endroit de la communauté chrétienne. Vous êtes une providence de Dieu pour moi et tous mes collaborateurs, l’Etat a réfectionné l’église et vous avez assuré les finitions. Vous vous êtes toujours souciés de l’église car vous nous accompagnez dans toutes nos activités a renseigné le curé.

Il a également salué la collaboration entre Amadou BA et le maire Moussa Sy. Il a ensuite affirmé « Je n’ose pas vous faire une doléance au regard de tout ce que vous avez fait pour la communauté chrétienne »

Le curé compte sur l’appui du délégué régional pour l’aménagement de la ruelle de l’unité 7 en vu de faciliter l’accès au Centre Marie Immaculé où les femmes s’activent dans la transformation et la couture. On ne donne pas de consigne de vote mais j’invite la jeunesse chrétienne à s’engager dans la politique mais également à défendre le bilan du Président de la République a déclaré le curé Marcel Thiaw.

Selon le communiqué issu de cette journée, les femmes ont répondu massivement au grand meeting Calebasse de l’émergence organisé par Mme Aïssatou Bily BA épouse du délégué régional Amadou Ba, par ailleurs présidente du Mouvement « Dooléél Amadou BA Falaat Macky Sall ». On pouvait noter la présence de l’ensemble des leaders de Benno Bokk Yaakaar mais également la présence de la première Dame Marième Faye Sall venue prêter main forte à Mme Bily Ba. Le délégué régional a été ébahi par la grande mobilisation des femmes, selon lui les femmes sont plus que jamais déterminées à réélire le Président dès le premier tour.

Le délégué régional de Dakar s’est aussi rendu au meeting des Soninké organisé par le Mouvement des Soninké avec le maire Kalidou Wagué. Amadou BA a transmis les félicitations et les encouragements du Président à l’endroit de cette communauté avant de rendre un vibrant hommage au maire Kalidou Wagué pour sa détermination et son engagement sans faille auprès du Président Macky Sall.

Médina-Mame Mbaye Niang «enrôle»9 conseillers de Taxawu Dakar

IGFM-Mame Mbaye Niang, ministre du tourisme «drague» Bamba Fall et a fini d’enrôler 9 conseillers  municipaux de Taxawu Dakar. Visiblement, leur présence avec leurs troupes à cette mobilisation de ‘’Benno Bokk Yakaar’’ de Médina a, largement, contribué au succès éclatant Du meeting organisé par le ministre du Tourisme. «Nous avons, au niveau de la Médina, réussi le fait de mettre en synergie l’ensemble des forces, pour que le président de la République puisse rempiler, avec la manière, au grand bonheur du peuple sénégalais. Et nous estimons avec ce que nous venons de voir, ici, que, incontestablement, dans un élan populaire, dans un élan extraordinaire, le vaillant et peuple héroïque du Sénégal va reconduire le président de la République, Macky Sall», a déclaré le ministre de l’Agriculture, lors du meeting. Poursuivant ses propos, le porte-parole du jour estime que le meeting est une démonstration de force, dans le but de passer des messages forts, car les Médinois sont déjà convaincus mais c’est aussi pour confirmer et amplifier l’adhésion des Médinois et des Médinoises, en ce qui concerne la politique définie par le Président Macky Sall.

Fatick : Les responsables des femmes du Pds de Foundiougne et de Mbam rejoignent Bby

Seneweb.com  (Fatick, envoyé spécial) – Le candidat de la coalition Benno bokk yakaar (Bby), Macky Sall, pourra compter sur des soutiens de taille pour l’échéance présidentielle du 24 février. Il s’agit de la désormais ex-responsable départementale des femmes du Parti démocratique sénégalais (Pds), Ayou Mane, et de la responsable des femmes de la commune de Mbam, Tening Sarr.
Ces deux ex-baronnes libérales se sont engagées avec le ministre des Sports et maire de Fatick, Matar Ba, à apporter leur soutien au Président Macky Sall pour faire triompher sa candidature au soir du 24 février. En outre, Ayou Mane et Tening Sarr ont affiché leur détermination à faire basculer les dix-sept communes du département de Foundiougne dans l’escarcelle de la coalition Benno bokk yakaar. Gora Kane-

Meeting à la Sicap Liberté 2 : La Sicap confie ses doléances à Amadou Bâ

Seneweb.com Le délégué régional de Benno Bokk Yaakaar (Bby) à Dakar a battu campagne ce lundi, à la Sicap Liberté 2. Accompagné de la première dame Marième Faye Sall, il a été accueilli par des militants venus nombreux. Les populations  de la localité, particulièrement les policiers radiés, ont tenu à exposer leurs doléances au ministre de l’Economie. «Nous sommes derrière le président Macky Sall, mais nous lui rappelons ses engagements. Nous n’avons pas besoin de promesses politiques, mais plutôt sociales», a tenu à préciser le représentant des policiers radiés.
A sa prise de parole, Amadou Bâ s’est réjoui de l’accueil qui lui a été réservé. Quant aux doléances qui lui ont été soumises, il a promis : «J’ai entendu vos doléances et l’affaire des policiers radiés continue de mouvoir. Ils sont nombreux dans cette cité et nous ferons une proposition au chef de l’État pour les assister», a promis le ministre de l’Economie dans la cacophonie.

Visite de proximité : Mame Mbaye Niang condamne les cas de violence et les propos de Abdoul Mbaye

Seneweb.com Le ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang, a conduit sa caravane ce lundi aux Hlm pour rencontrer l’Association des tailleurs dirigée par Mbaye Diop. En compagnie d’amis et d’alliés du président Macky Sall, il s’est donné pour mission de sensibiliser le maximum de personnes par rapport au bilan et aux perspectives du candidat Macky Sall. Mame Mbaye Niang a profité de sa visite de proximité pour condamner les violences notées dans la campagne électorale et les propos de l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye.

«Nous ne pouvons que condamner cette violence, même si ça émane de nos responsables politiques. Mais entendre un ancien Premier ministre et candidat recalé qui n’est pas capable de mobiliser 10 mille voix, faire des déclarations irresponsables, est à déplorer. On ne peut prétendre diriger le pays et avoir des responsabilités et dire que nous allons contester les résultats transparents où les règles ont été respectés», a déclaré Mame Mbaye Niang.

Pour le ministre du Tourisme, contester le suffrage de la majorité des Sénégalais, c’est emprunter un chemin qui mène vers le chaos. Avant «En tant que politiques et gouvernement, nous allons prendre nos responsabilités. Et nous nous donnerons les moyens pour organiser une élection présidentielle libre et transparente que tout le monde est obligé d’accepter», dit-il.

Mame Mbaye Niang appelle l’opposition  revenir à de meilleurs sentiments. Parce qu’il estime que personne ne peut semer le désordre dans ce pays. « Donc, si les gens de l’opposition veulent nous empêcher d’atteindre notre objectif, ils doivent aller convaincre les Sénégalais pour gagner la confiance des électeurs, comme nous sommes en en train de faire. Pour preuve, nous  sommes à la rencontre des Sénégalais pour discuter de notre bilan et des perspectives de notre candidat Macky Sall pour convaincre les Sénégalais qui ont décidé de lui faire confiance et essayer de gagner leurs suffrages sur la base de la confiance», dit-il.

http://seneweb.sencms.com/dynamic/modules/news/images/pagaye/mamembayenianghlm1.jpg

 Que fait Robert Bourgi au meeting de Bignona ?

https://www.dakaractu.com/ Le très bien introduit Robert Bourgi était hier au meeting de Macky Sall à Bignona. Comme vous le voyez sur ces images, il porte une médaille à l’effigie du candidat de Benno Bokk Yakaar.  Jusque-là rien de grave concernant ce Franco-sénégalais qui a bel et bien le droit de soutenir un compatriote en direction de l’élection du 24 février.
Seule ombre au tableau : cette présence suspecte au Sénégal intervient moins d’une semaine après le retour de Me Wade.
En effet, Bourgi est, depuis 2012, au cœur des pourparlers secrets entre le pape du Sopi et Macky Sall, autour du sort de Karim Wade.
Pour mémoire, cet éminent gardien du temple de la Françafrique est très proche de Nicolas Sarkozy, lui-même co-conseiller de l’émir du Qatar avec Wade-fils. Or, il y a quelques jours, l’ex-président de la République française a reçu Macky Sall « dans la demeure du couple Sarkozy », en présence, justement, de Robert. Au menu des échanges : le cas Karim.
Toutes choses qui nous prédisposent à nous poser des questions sur l’agenda caché de ce métronome à Dakar.

ABDOULAYE BALDÉ SORT DU BOIS : «JE NE SUIS PAS COMPTABLE DU BILAN DE MACKY SALL…»

http://www.emedia.sn/ Dans cet entretien accordé à Emedia.sn, le maire de Ziguinchor explique son choix de retirer sa candidature à l’élection présidentielle pour finir par soutenir le président sortant, Macky Sall. Abdoulaye Baldé, qui annonce une réélection de ce dernier dès le premier tour au soir du 24 février prochain, indique qu’il l’a rejoint pour travailler à restaurer les valeurs de l’administration. Sur l’appel au boycott de l’élection présidentielle par Me Abdoulaye Wade, Baldé estime que l’ancien chef de l’Etat est dans son rôle d’opposant mais assure que le scrutin se déroulera tranquillement.

Le président de la République est à Ziguinchor ce lundi, comment avez-vous préparé son accueil ?

Avec une grande mobilisation, un méga meeting à la place Aline Sitoé Diatta. Nous avons battu le rappel des troupes. L’ensemble des militants sont mobilisés. Nous avons parcouru l’ensemble des quartiers de la ville pour un accueil exceptionnel.

Ziguinchor est une zone à enjeux pour le scrutin du 24 février prochain, comment travaillez-vous pour remporter la présidentielle dans cette zone ?

Ziguinchor a toujours été un enjeu. A chaque élection, c’est toujours comme ça. La première fois que j’ai dirigé un comité électoral, c’était en 2007. Je n’étais pas maire encore (Robert Sagna était alors maire de la ville, ndlr). C’était déjà un enjeu. J’ai fait face et nous avons remporté l’élection haut la main. Cette fois-ci aussi, c’est pareil. Nous avons un fils de la ville qui est candidat. C’est Ousmane Sonko. Mais, nous avons l’habitude de relever les défis et je suis sûr que le 24 février nous remporterons la présidentielle.

« BEAUCOUP DE POLITICIENS N’ONT QU’UNE EXISTENCE MÉDIATIQUE »

Mais il y a également Idrissa Seck qui enregistre des soutiens de taille présentement. Cela vous inspire quoi ?

C’est vrai qu’il y a beaucoup de leaders de l’opposition qui sont avec lui. Mais vous savez, il y a leaders de l’opposition et leaders de l’opposition. C’est vrai qu’il a une coalition de grands noms. Nous l’avions fait en 2012 avec notre fameux Bokk Gis-Gis. Nous avions aligné de grands noms mais, en définitive, nous nous sommes retrouvés avec moins de 5 députés. Ce n’est pas la même chose. Je leur souhaite le meilleur mais, nous travaillons pour que notre candidat passe au premier tour. Déjà, nous avons enregistré ici le passage de deux candidats en l’occurrence Issa Sall et Madické Niang. Mais, ils n’ont pas mobilisé. Les trois forces ici c’est d’abord la coalition Benno Bokk Yakkar, ensuite la coalition de Sonko et enfin il y a la coalition de Idrissa Seck. Ce sont ces trois forces qui vont un peu se partager la majorité des voix dans cette ville. Mais nous partons très largement majoritaire. Et je crois qu’avec la campagne de proximité que nous sommes en train de mener, nous allons gagner au soir du 24 février.

Donc les ralliements des leaders de l’opposition au camp d’Idrissa Seck ne vous font pas peur ?

Du tout. Ils ne nous font pas. Vous savez, en politique aussi, on se connait un peu. Il y a beaucoup de politiciens qui ont une existence médiatique mais qui n’existent pas sur le terrain. La plupart de ceux qui ont rallié sa coalition étaient derrière lors des élections législatives. Par conséquent, je ne pense pas que ce soit un véritable danger pour le camp du président sortant même s’il ne faut jamais minimiser un candidat. Il faut se préparer à toutes les éventualités. Mais nous, nous n’avons encore de plan A ou B. Pour nous, c’est la victoire dès le premier tour. Nous n’avons pas peur de la sommation d’anciennes gloires ou de personnalités politiques.

« WADE EST DANS SON RÔLE D’OPPOSANT… »

Faites-vous allusion à Me Wade ? Quelle analyse faites-vous de la sortie de l’ancien président de la République qui appelle au boycott de la présidentielle ?

Je pense que le président Wade est dans son rôle d’opposant mais, à ce que je sache il n’est pas candidat à cette élection. Donc, les Sénégalais sont en train d’écouter, tous les soirs, les discours qui sont délivrés par les 5 candidats. Je n’ai pas entendu parmi ces derniers un seul qui s’est prononcé en faveur du boycott. Le jour du scrutin, il n’y aura pas dans les urnes les bulletins de vote de Abdoulaye Wade. Par conséquent, je suis sûr que les gens vont voter tranquillement. Ce sont des effets d’annonce qui n’auront pas beaucoup de conséquence.

Pourquoi avez-vous renoncé à votre candidature pour rejoindre le camp de la mouvance présidentielle ?

Les populations s’attendent toujours à ce que je leur explique le bien fondé du retrait de ma candidature. La coalition Benno Bokk Yakkar a un bilan à défendre nous, nous sommes venus pour être à leurs côtés pour un deuxième mandat. Il est important pour nous d’avoir un langage différent. Parce que nous n’avons rien à voir avec leur bilan. Nous avons à expliquer aux populations pourquoi nous avons décidé de ne pas être candidat et d’aller soutenir le président Macky Sall.

« IL Y A DES CHOSES À REDIRE EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE JUDICIAIRE ET DANS LA GESTION DE L’ADMINISTRATION »

Est-ce que les populations ont compris votre choix ?

Je pense que l’ensemble des composantes de notre coalition ont les éléments de langage pour essayer de faire de sorte que les populations comprennent que c’est un retrait stratégique. Ce n’était pas un abandon de mon ambition présidentielle. Donc, je pense que la plupart a compris. J’ai su expliquer que je l’ai fait, non pas pour mon intérêt personnel mais dans l’intérêt de notre ville, de notre région. Parce qu’en mesurant nos forces et nos faiblesses, on pouvait y aller sans être ridicule mais, ce n’était pas possible de gagner. Donc, il fallait changer de stratégie et aller répondre à la main tendue du président de la République qui, depuis plus de 7 ans, m’a invité à venir travailler avec lui. J’ai attendu que son mandat finisse. Je ne suis pas comptable de ce qui s’est passé, du bilan, même s’il y a du bon et du mauvais.

Soyez beaucoup plus explicite !

Nous sommes venus pour le futur. Nous sommes venus pour travailler à ses côtés, pour essayer de redresser ce qui peut l’être. Il y a quand même des choses à redire surtout en matière de gouvernance judiciaire et dans la gestion de l’administration. Je considère qu’il faut restaurer les valeurs de l’administration, qu’on ait une administration républicaine. Il faut cesser de politiser certaines hautes fonctions dans la haute administration publique et faire de sorte que même si on n’a pas la carte du parti au pouvoir, par le mérite, qu’on puisse accéder aux postes de responsabilités. Il est important de redessiner la carte de notre administration, de valoriser les fonctions administratives. L’administration a commencé à être déstructurée. Cette déstructuration a commencé depuis 2000 avec la politisation des fonctions d’ambassadeurs, de hautes directions. En sus, depuis quelques temps aussi, on a vu que les fonctions, qui étaient hors de portée des politiques, sont devenues des fonctions politiques. Il faudra aussi qu’on essaie de redorer le blason de la justice. Je suis sûr qu’au soir du 24 février beaucoup de choses pourront changer pour le deuxième mandat.

Avez-vous toujours des ambitions présidentielles ?

C’est un secret de polichinelle. J’ai toujours dit que je serais candidat pour l’élection présidentielle de 2024 et que j’ai reculé pour mieux sauter. Par conséquent, je vais profiter de ces 5 ans là pour davantage asseoir mon parti à l’intérieur du Sénégal et dans la diaspora. Nous allons participer à toutes les élections. Nous sommes venus en appoint à la coalition Benno Bokk Yakkar. Si nous nous entendons dans certaines villes, nous irons ensemble pendant les élections prochaines locales et dans le cas contraire, nous irons avec notre propre bannière.Entretien réalisé par Aliou DIOUF et Abdoulaye SYLLA (photos)

A Ziguinchor, des militants scandent les noms de Sonko et Macky Sall sans incident

APA-Ziguinchor (Sénégal) Envoyé spécial : Oumar Dembélé-Des militants et sympathisants de Macky Sall, président sortant, et d’Ousmane Sonko, un de ses quatre challengers pour la présidentielle 2019, ont manifesté côte à côte lundi, de Ziguinchor à Cap-Skiring, dans le sud du pays, leur appartenance politique sans qu’il y ait la moindre animosité, a constaté APA.

Dans la matinée déjà, au début de la parade du cortège de Macky Sall avec le maire Abdoulaye Baldé dans les rues de Ziguinchor, elle a croisé des militants du président de la coalition Sonko Président qui criaient avec beaucoup de liberté le nom de leur leader, originaire de la Casamance mais né dans la région de Thiès (à 70 km de Dakar).

C’était la même chose un peu plus loin, dans la commune de Cap-Skiring où était également présent Macky Sall pour y faire une campagne en tenant de nouvelles promesses, visant surtout à « défiscaliser le secteur touristique » en cas de réélection après son septennat.

Le candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY, ensemble pour un même espoir) a entamé depuis avant-hier samedi sa campagne au sud du pays, après les premières étapes qui l’ont mené du centre au nord du pays pour cette campagne présidentielle qui a démarré le 3 février dernier.

Ousmane Sonko, pour sa part, un des farouches opposants de Macky Sall sera lui-aussi aujourd’hui dans la zone sud où il semble avoir beaucoup de sympathisants.

Nonobstant cette image démocratique entre militants de deux candidats qui s’est produite à Ziguinchor, tel n’a cependant pas été le cas ce lundi dans la région de Tambacounda, à l’est du pays.

La presse locale a rapporté en effet la mort cet après-midi d’un homme d’une trentaine d’années lors d’affrontements entre gardes rapprochés du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), du candidat Issa Sall, et des jeunes de la coalition BBY du pouvoir sortant.

Certains confrères, contactés par APA, ont informé de l’attaque de leur véhicule ainsi que certains de leurs collègues qui ont été brutalisés, dont présentement des blessés qui sont internés dans des structures sanitaires.

Informé de cette tragédie à Oussouye, un autre département de Ziguinchor, Macky Sall a présenté ses condoléances à la famille de la victime tout en promettant que les auteurs et ceux qui appellent à la violence seront traduits devant la justice.

Par ailleurs, il a demandé à son camp et celui des autres candidats d’appeler leurs militants au calme pour une campagne moins tendue.

Le premier tour de la présidentielle 2019 est prévu le 24 février prochain avec aux prises cinq candidats : Madické Niang, Issa Sall, Macky Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko.ODL/te/APA

Supports de com’pour la compagne : Macky file le marché aux Chinois

Ceux qui accusent le président sortant Macky Sall de ne pas favoriser la « préférence nationale » n’ont pas tout à fait tort. Même pour les prestations de service les plus banales, le chef de l’Etat préfère s’attacher les services des entreprises. En effet, Dakar7 a appris de sources dignes de foi qu’une partie des supports de communication(T-Shirt, casquettes,…) destinés à la campagne électorale de la coalition Benno Bok Yakaar a été commandée en Chine au moment où les Petites en moyennes entreprise tournent les pousses faute de trouver des marchés. Pas besoin d’être un génie en maths pour savoir que des centaines de millions ont été débloqués pour ce marché au grand bénéfice des étrangers.

Si, aujourd’hui, nos entreprises ne peuvent plus profiter de la période de campagne pour gagner des marchés de sous-traitance dans ce pays, on se demande vraiment si le slogan « Sénégal émergent », est-il destiné aux Sénégalais.Nous y reviendrons.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*