Aux attaques des opposants, Macky Sall préfère répondre par son bilan

Aux attaques des opposants, Macky Sall préfère répondre par son bilan
Aux attaques des opposants, Macky Sall préfère répondre par son bilan

APA-Tambacounda (Sénégal) Envoyé spécial : Oumar Dembélé-Le président sortant Macky Sall est apparu, entre jeudi et vendredi, durant sa campagne à l’est du pays, avec deux visages, d’abord avec une attitude peu joviale comme pas depuis le début de la tournée et qui a coïncidé au retour mouvementé de son prédécesseur dans le pays et un autre plus relâché avec lequel il a énuméré ses réalisations durant son septennat, comme réponse à ses adversaires.

Jeudi soir, le chef d’Etat sortant, vêtu d’un ensemble grand-boubou marron, est arrivé peu avant 20h à Goudiry, un département de la région de Tambacounda, en compagnie de son ex-Premier ministre Aminata Touré, en trouvant sur place des militants et sympathisants qui l’attendaient depuis l’après-midi.

Pendant que les responsables locaux étaient en train de vanter ses réalisations tout en exprimant les doléances de Goudiry, Macky Sall tenant une tablette échangeait beaucoup avec Aminata Touré, assise à côté de lui et qui manipulait elle-aussi sur son téléphone portable. A ce moment précis, l’ex-président Abdoulaye Wade était déjà arrivé à Dakar, accueilli en grande pompe par ses sympathisants et thuriféraires avant de tenir des déclarations provocatrices et incendiaires à l’endroit du régime de son ex-protégé et successeur.

En se disant par exemple « très ému d’atterrir dans mon aéroport » de Diass, le nonagénaire a appelé ensuite les citoyens à « brûler leur carte d’électeur » vu que, pour lui, le scrutin est joué d’avance et qu’il ferait de tout son possible pour empêcher sa tenue.

Attendu par les confrères pour réagir sur ces propos, Macky Sall a esquivé. Peu loquace, le visage un peu lourd, il s’est contenté de parler à cette foule sur la nécessité et l’intérêt qu’il y a pour Goudiry de voter massivement pour lui le 24 février prochain, jour du premier tour de la présidentielle.

Dans cette adresse, certains confrères ont décelé une « colère » feinte du président sortant et dont la source serait les déclarations de Wade, qui occupent depuis ce temps l’actualité à Dakar et dans certaines villes du pays.

A Kédougou, la CMU vantée

Par ailleurs, hier vendredi lors du meeting régional organisé à Kédougou, il s’est exprimé avec entrain. Tiré sur quatre épingles, un chapeau sur la tête, le candidat sortant ne fera toujours pas d’allusion à Wade, mais a opposé son bilan social à ses pourfendeurs, notamment la mise en place de la couverture maladie universelle depuis 2012.

Avec ce programme, il soutient avoir permis la gratuité des soins pour les enfants de 0 à 5ans, la prise en charge médicale des personnes de troisième âge de plus de 60 ans, la gratuité de la dialyse et de la césarienne pour les femmes.

Sur la politique d’inclusion sociale, « j’ai réussi à baisser les prix des denrées de première nécessité, concernant le riz, le lait, le sucre, l’huile, le gaz, le pétrole, l’essence, le gasoil, la baisse sur les prix des loyers, l’augmentation des bourses des étudiants, l’augmentation des salaires pour les travailleurs, l’augmentation de l’âge de la retraite et l’augmentation des pensions de retraite qui sont passées à 47% », a-t-il souligné, ajoutant avoir également haussé la pension minimale jusqu’à « 36.243 FCFA qui correspond au SMIC ancien, le SMIC lui-même augmenté jusqu’à 55.000 FCFA ».

« Voilà la réalité du travail que je vous propose », a lancé Macky Sall à Kédougou, une région située à plus de 200 km de Tambacounda.

Alors, a refermé le candidat sortant, « si vous voulez que nous continuons à garder les bourses pour les familles démunies, si vous voulez que les enfants soient traités gratuitement, si vous voulez que le PUDC continue à travers les villages du Sénégal, si vous voulez que Promovilles continue à travers les villes du Sénégal, alors mobilisez tous comme vous l’avez fait et comme cette union que j’ai vue derrière moi à Kédougou pour que au soir du 24 février, la politique du Plan Sénégal émergent soit plébiscité, pour que le Sénégal continue dans sa voie de l’émergence, pour que le Sénégal ne régresse pas devant des politiques hasardeuses qui n’ont aucune consistance, qui sont juste un amalgame et un condensé d’intentions qui ne permettront pas à notre pays d’atteindre ses objectifs d’émergence ».

La campagne électorale s’achève le 22 février prochain, l’avant-veille de la présidentielle où Macky Sall va clôturer la sienne à Dakar, la capitale.

Mais avant cela, il entame ce samedi une tournée dans les localités du sud, en Casamance, après l’étape qui l’a mené avec sa caravane à l’est du pays.

Madické Niang, Issa Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko sont les challengers de Macky Sall pour cette présidentielle qui marque la fin de son septennat avec l’objectif de reconquérir le fauteuil présidentiel pour un quinquennat conformément à la réforme constitutionnelle du 20 mars 2016.ODL/te/APA

Moustapha Diakhate

http://www.enqueteplus.com/ ‘’Laay njaaxum doit être mis hors d’état de nuire pour dérives insurrectionnelles’’. C’est la réaction de Moustapha Diakhaté, publiée  sur sa page Facebook, suite à l’appel au sabotage du scrutin du 24 février prochain lancé  par l’ex-président Wade. ‘’Le Sénégal est en campagne électorale.

Les candidats sillonnent le pays pour présenter leur programme aux populations dans un climat de paix carnavalesque. Abdoulaye Wade méprise les Sénégalais en laissant son indigne fils se la couler dans des résidences princières du Qatar et demander aux enfants d’autres d’attaquer les lieux de vote, de brûler les bulletins, de saboter le processus électoral’’, écrit le ministre chef de cabinet du président de la République. A son avis, cet appel de Me Wade est voué à l’échec.

Car, dit-il : ‘’Qu’à cela ne tienne ! Démocratiquement et à l’issue d’une élection libre et transparente, le peuple Sénégalais va élire, le 24 février 2019, son président de la République. Toutefois, poursuit-il, ‘’condamner les propos insurrectionnels d’Abdoulaye Wade n’est pas une liberté, mais un devoir pour tous les démocrates, y compris les responsables du Pds ainsi que tous les 4 candidats issus de l’opposition’’. Aux yeux de M. Diakhaté, ‘’il s’agit de défendre la paix, la stabilité du Sénégal et son unique mode de désignation du président de la République : l’élection’’.

KAFFRINE : YOUSSOU NDOUR INVITE À NE PAS REMETTRE LE POUVOIR À DES « FARCEURS »

Kaffrine, 9 fév (APS) – Le chanteur Youssou Ndour, leader du mouvement « Féké Maci Bolé », membre de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) a invité, vendredi à Kaffrine, les citoyens sénégalais à ne pas « donner le pouvoir à des farceurs ». »Il faut croire en soi. Au Sénégal, personne ne peut leurrer personne. Il ne faut pas suivre ces aventuriers. Ce pays a ses normes. Nous n’allons pas donner le Sénégal à des farceurs », a dit Youssou Ndour.
Le leader du mouvement « Féké Maci Bolé » était à Kaffrine pour faire la promotion de son opération dénommée « Xaal Yoon » au bénéfice du candidat sortant Macky Sall.
« Jamais ce pays ne sera géré par des farceurs. Tous les quatre candidats de l’opposition n’ont pas plus de sympathisants et militants que moi. Ils sont minimes devant moi. Je pouvais faire comme eux en posant ma candidature. Mais, j’ai trouvé un homme capable de gérer le pays et de le faire émerger. Macky Sall est un vrai bâtisseur. Nous allons le réélire », a-t-il assuré, devant un nombreux public.MNF/PON

https://www.dakaractu.com La réhabilitation du chemin de fer va être une réalité, si les Sénégalais venaient à lui renouveler leur confiance. Cela est ressorti des propos du président Macky Sall, candidat de la Coalition Benno Bokk Yakaar, face aux populations de Tambacounda.

En ce vendredi marquant la 6e journée de sa campagne électorale, Macky Sall a promis de faire en sorte que Tamba redevienne ‘’un hub ferroviaire’’. Cela passe par la relance du chemin de fer Dakar/Bamako.

  La localité aura son université au cours de son second mandat. Ainsi qu’un Espace numérique ouvert (Eno), un centre de formation professionnelle pour les jeunes. Structure de formation qui prendrait en charge tous les métiers des mines et tout ce qui concerne la région de Tambacounda.

‘’Nous avons déjà gagné Tambacounda. Donc, au soir du 24 février 2019, les cadres des structures politiques locaux et les populations debout comme un seul homme vont me donner une éclatante victoire. Et Tambacounda sera émergent’’, promet-il

Macky Sall : « Ce qui montre la différence entre ce que je suis venu vous dire ici et ce que l’on vous dira »

https://www.dakaractu.com Son bilan et les perspectives qui se dessinent au-delà du scrutin du 24 février 2019 devraient suffire, aux yeux de Macky Sall, pour convaincre les populations à lui donner un second mandat. Le candidat de la Coalition Benno Bokk Yakaar (Bby) face aux populations de Kédougou ce vendredi 8 février 2019, marquant sa 6e journée de campagne, s’est félicité des actes qu’il a pu poser, de son accession au pouvoir à nos jours. ‘’Cela montre la différence entre ce que je suis venu vous dire ici et ce que l’on vous dira certainement au cours de cette campagne électorale à Kédougou’’, a déclaré le président Sall. Des réalisations qui ont largement profité à Kédougou, cette terre de brassage et de diversité culturelle qui a été délaissée par les régimes qui l’ont précédé, a-t-il indiqué.

Un nouvel aéroport de dimension internationale, promis aux Kédovins 

‘’ Nous n’avons depuis notre indépendance, jamais apporté un programme aussi important pour Kédougou’’, a d’ailleurs souligné Macky Sall qui a relevé dans la même lancée son attachement pour les terres de Kédougou ainsi que ma vision d’un Sénégal pour tous (…). Il y a 3 mois, j’étais ici sur cette même place pour une tournée économique. Et à cette occasion, j’avais inauguré le pont de Fongolimbi qui permet de désenclaver définitivement le Fongolimbi. Le désenclavement de la région a toujours été une préoccupation pour moi (…). Au moment où je vous parle, la route vers Salémata fait 85 km, c’était mon engagement, je suis en train de le respecter’’, a affirmé le président de la coalition présidentielle.

Macky Sall a en outre promis, une fois réélu, de réaliser un nouvel aéroport de dimension internationale qui permettra d’avoir des vols quotidiens de la compagnie Air Sénégal, une fois l’aéroport terminé. D’ailleurs, il a signalé que son combat depuis 2012 a été contre toute forme d’injustice sociale’’.

Macky Sall : «Nous avons déjà gagné Tambacounda… »

https://www.pressafrik.com La posture de Macky Sall ce vendredi 8 février à Kédougou tranche avec celle de la veille à Goudiry. En effet, emmitouflé dans un costume sombre et une chemise blanche, le candidat à sa propre succession s’est montré très sûr de lui face à la foule monstre qui l’attendait au stade municipal de Tambacounda où il a tenu un meeting.

Devant ses militants, il a scandé : «nous avons déjà gagné Tamba». Avant de rappeler les investissements déjà consentis dans cette partie du Sénégal. «Tambacounda c’est 325 kilomètres de frontière avec le Mali, 62 kilomètre de frontière avec la Mauritanie au Nord mais également 162 kilomètres de frontières avec la Gambie au Sud. Mon ambition pour cette région, c’est de poursuivre ce que j’y ai déjà commencé à travers le PUDC, les infrastructures hydrauliques».

A l’en croire, son plan pour sortir cette région de l’ornière consistera entre autres à y réaliser une  université virtuelle, un centre de formation professionnel pour la jeunesse dans les métiers des mines, des BTP, des routes ainsi que tous les métiers. Mais aussi, a-t-il ajouté, il veut «terminer le centre de santé de Diankémakha et Makacolibantang ainsi que l’extension de l’hôpital régional».

Macky Sall liste les conséquences des votes en faveur ‘’des politiques hasardeuses’’ de ses adversaires

https://www.dakaractu.com Ce vendredi 8 février 2019, la région de Kédougou a accueilli le convoi de la Coalition présidentielle. Macky Sall, son jocker, a alors évoqué les conséquences qui découleraient de sa perte du pouvoir. Conséquences que subiraient les populations démunies, mais aussi l’économie Sénégalaise, a prévenu le président sortant.

‘’Si vous voulez que nous continuons à garder les bourses pour les familles démunies ; si vous voulez que vos enfants soient traités gratuitement (…), entre autres, ‘’alors mobilisez-vous tous comme vous l’avez fait jusqu’à présent pour qu’au soir du 24 février la politique du Pse soit plébiscitée. Pour que le Sénégal continue dans sa voix de l’émergence, pour que le Sénégal ne régresse pas devant des politiques hasardeuses qui n’ont aucune consistance qui sont juste un amalgame, un condensé d’intentions qui ne permettront pas à leur pays d’atteindre ses objectifs d’indépendances’’, a-t-il indiqué.

Près du dénuement, le département de Goudiry va «voter Macky Sall»

APA-Goudiry (Sénégal) Envoyé spécial : Oumar Dembélé-Goudiry, une commune de la région de Tambacounda (est), « s’engage », selon les responsables locaux de la coalition Benno Bokk Yakaar, à réélire le candidat sortant Macky Sall, cela en dépit du niveau de pauvreté souligné, jeudi soir lors d’un meeting, par certains habitants à APA.

Souleymane Cissé, 45 ans, pieds empoussiérés, t-shirt à l’effigie de Macky Sall porté sur sa tenue verte avec une casquette marron un peu relevée sur sa tête, est arrivé à Goudiry depuis l’après-midi en provenance de Kothiary, une commune située à « 35 km » de là. Le jardinier de profession a coupé ce jeudi ses activités pour être parmi ses voisins enregistrés dans un « bus affrété par l’un des politiciens » de sa localité. Il va assister avec tous ces gens au meeting que doit présider la nuit, dans le département, Macky Sall. Il a par ailleurs plein de doléances à soumettre au chef d’Etat sortant qu’il n’aurait cependant pas l’opportunité d’approcher bien que le voyant de loin.

« On veut des projets dans notre localité pour permettre à nos jeunes de travailler. Notre principale activité est l’agriculture, mais à la fin de l’hivernage, tout le monde devient oisif », a confié le chef de famille quarantenaire, qui n’a pourtant pas de grands enfants pour l’aider dans son travail qui nécessite un grand besoin en eau.

« Nous avons un forage, mais il coupe le plus souvent. Je puise de l’eau dans le champ voisin, et cela m’éreinte chaque jour. Je me suis marié il n’y a pas longtemps. Mes enfants sont encore petits », a indiqué M. Cissé.

A la question s’il va voter pour Macky Sall le 24 février 2019, jour du premier tour de la présidentielle, il répond « non » avant de se rétracter et de nous dire de nous limiter uniquement à transmettre ses doléances.

Tout le contraire de Souleymane Cissé, la dame Aissata Yadel Sam, habitante de Goudiry vêtue d’un ensemble grand boubou aux couleurs de la coalition Benno Bokk Yakaar. Elle réserve sa carte d’électeur au candidat Macky Sall vu tout « l’amour » qu’il éprouve pour ce « parent qui est foncièrement bon ».

« Je suis originaire de la commune de Agnam Civol (nord), dans la même localité que Farba Ngom (député et maire de cette zone). Mon contentement pour Macky est justifié par sa bonté et sa piété. Et Farba Ngom a beaucoup fait pour notre commune», a avoué la mère de famille,qui vit à Goudiry depuis «40 ans ».

Même si elle a deux enfants qui poursuivent aujourd’hui leurs études en France après leur baccalauréat, Mme Sam demande par ailleurs aux autorités d’aider les jeunes de Goudiry à « trouver de l’emploi ».

Parmi ces jeunes chômeurs de Goudiry, se trouve Ely Sy, 28 ans, étudiant en Lettres modernes à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Même s’il n’éprouve pas beaucoup de difficultés dans la capitale grâce au soutien financier permanent de sa famille, « ce n’est pas le cas » pour beaucoup de ses camarades de Goudiry.

En vacances « depuis  trois mois dans son village », il note que c’est tout une corvée pour venir ici vu l’état défectueux des pistes routières, surtout «l’axe Bakel-Tamba ».

Ce « sympathisant du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) » du candidat Issa Sall, ayant pourtant un t-shirt marron de BBY enroulé sur la main, a également plaidé pour l’amélioration de la « qualité de l’eau des forages » de sa localité.

Au début du meeting, après l’arrivée de Macky Sall à 19h14, Madani Ndiaye, un haut-conseiller au HCCT, a soulevé lui aussi des revendications de la population « fatiguée » de Goudiry en termes de « projets agricoles, hôpitaux et surtout le PUMA ». Auparavant, le responsable politique est revenu sur les réalisations du président sortant, dont « huit pistes de production » durant son septennat, avant de lui assurer un score de « 100% » dans ce département qui compte 44.739 électeurs sur un total national de 6.683.043.

Dans son intervention, le candidat Macky Sall a mentionné les « 16 systèmes hydrauliques » réalisés et les « 26 villages électrifiés » dans ce département, sans compter la distribution de « matériels agricoles ».

Et en cas de réélection, cela après avoir atteint « la barre des 75% au minimum ici », il promet de donner « satisfaction » à leurs « doléances », avec notamment la poursuite du programme d’électrification rurale, l’édification d’un Espace numérique ouvert (Eno), la construction de pistes traversant Goudiry (Tamba et Kidira) et d’infrastructures ferroviaires pour bien voyager au Mali.ODL/te/APA

Amadou Ba à Cambérène : “Le peuple a 5 candidats; l’un a fait des merveilles,Idrissa Seck est freiné par les sentiers de Thiès et les trois restants sont des figurants”

https://actusen.sn Amadou Ba, salue la mobilisation massive de la population de Cambérène. Il affirme que son leader tiendra toutes les promesses faites à la commune car, il tâchera de plaider personnellement pour la cause avec la construction d’un stade et d’un marché. “Nous ferons de Cambéréne une priorité pour, ainsi, satisfaire les demandes de tout un chacun”, promet-il.

“Le peuple a 5 candidats. L’un a fait des merveilles, Idrissa Seck est freiné par les sentiers de Thiès et les trois restants sont des figurants”, raille-t-il les opposants de son mentor. Il révèle que les européens sont favorables à soutenir le Sénégal parce que Macky Sall est un bâtisseur, notamment avec la création de la Der qui a débloqué 30 milliards F Cfa pour la jeunesse et les femmes. “Tu as fait preuve de courage en affirmant ta position de soutenir le Macky”.

La présence du fils aîné de l’actuel khalif, Seydina Issa Laye, de Moussa Sy et Moustapha Cissé Lo, entre autres est à noter. Seydina Issa a réitéré son soutien au Président Macky Sall et a incité la population à aller voter.Alimatou Konté

Talla Sylla : «Me Wade est une institution, nous devons…»

iGFM – (Thiès) Après la sortie «virulente» de Me Abdoulaye Wade contre son candidat, le maire de Thiès Talla Sylla pense que le Pape du Sopi doit se reposer et laisser la place aux jeunes.

«Je voulais inviter mes compatriotes sénégalais à rester concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire sur le fait que nous sommes en campagne électorale prévue par la constitution, les lois et règlements de ce pays et nous nous acheminons vers l’élection présidentielle du 24 février 2019. Me Wade nous a habitués à mener les débats à sa manière et à amener les uns et les autres à lever le doigt, tel un petit écolier, parce que c’est lui qui choisit l’ordre du jour et la question à poser. Nous avons compris cette méthode, nous ne sommes plus dans la réaction avec le président Macky Sall nous avons choisi d’être dans le temps de l’action, nous voulons rester dans ce temps de l’action. Quoi, qu’on puisse dire quelque soit les divergences que nous pouvons avoir avec ce patriarche, c’est pratiquement une institution dans ce pays. Nous devons veiller sur sa santé, son intégrité physique, nous devons faire en sorte qu’il puisse véritablement se reposer, puisqu’il a eu des décennies et des décennies à se mobiliser et à se battre pour le Sénégal. Je pense que les générations actuelles, comme celles qui ont été formées ces dernières années ont aujourd’hui les capacités et les moyens de se mobiliser pour préserver la démocratie sénégalaise et pour ouvrir les voies du futur.»Mame Fama GUEYE

Arrivée de Wade à Dakar: Macky très perturbé, perd le nord à Goudiry

http://www.dakarmatin.com Macky Sall est littéralement perturbé par le retour de son prédécesseur Me Abdoulaye Wade. En effet, jeudi, lors de l’étape de Goudiry où il a tenu un meeting dans le cadre de sa campagne électorale, le candidat de Benno bokk yakaar (Bby) a été très distrait. Le président sortant était tout le temps en discussion avec sa directrice de cabinet de campagne, Aminata Touré qui avait une tablette. Sa posture a été tellement surprenante pour les journalistes qui le suivent depuis le début de la campagne qu’ils n’ont pas manqué de la relever et de s’apostropher mutuellement. Pour la première fois depuis dimanche 3 février, il a manqué de verve.
Tout est parti d’une interpellation de son ancienne Première ministre qui lui montrait quelque chose sur son téléphone à elle. C’est à cet instant précis qu’il a été déboussolé. Pensif, le visage renfermé. Il n’était plus dans le meeting. En somme l’absent le plus présent à Goudiry. Macky Sall changeait constamment de position et suivait instamment quelque chose avec Mimi Touré.
Le président de la République sortant a finalement demandé qu’on lui apporte sa tablette. Il était certes physiquement à Goudiry, mais Macky Sall n’avait pour œil que l’accueil triomphal et populaire que les populations de Dakar ont réservé à son prédécesseur. Ou du moins, on le présume.
La preuve par quatre que Macky Sall était perturbé à suffisance certainement par l’arrivée de Wade, quand il a pris la parole, le candidat de la Coalition présidentielle s’est perdu dans quelques cafouillages. L’un des plus marquants, c’est quand il a annoncé la construction de la route Bambey-Gawane-Thieytou «dès 2019», pour rendre hommage à Cheikh Anta Diop, oubliant sans doute que le «dès» n’est plus d’actualité puisque qu’on est déjà en 2019.
D’habittude, Macky Sall plastronnait et prenait son temps pour labourer, draguer l’électorat de sa localité d’accueil. Mais pour cette étape, curieusement son discours a été très lapidaire. En tout, il a fait 7 mintes au micro

Tanor répond à Abdoulaye Wade et le clashe sévèrement : «Sa façon de s’opposer est dépassée… On ne défie pas un État,il le sait…»

https://www.dakaractu.com Le président Ousmane Tanor Dieng, SG du parti socialiste s’est prononcé sur la sortie de l’ancien président de la République Abdoulaye Wade. Selon le patron de Bby dans la région de Thiès, la façon de s’opposer par Abdoulaye Wade est dépassée. Ousmane Tanor Dieng apparemment très remonté contre le père de Karim Wade, de rajouter : « Abdoulaye Wade sait très bien qu’on ne défie pas un État, les élections se dérouleront normalement… »

Sortie Wade : BBY rappelle les faits concernant Wade et appelle ses militants à se concentrer à l’atteinte de l’objectif qui est la victoire le 24 Février

https://www.dakaractu.com Décidément, Dieu aime le Sénégal. Les déclarations incendiaires de Abdoulaye WADE, invitant ses concitoyens à l’émeute, à brûler les urnes et à déchirer leur carte d’identité nationale ont choqué les Sénégalais, toutes catégories sociales confondues. Le plan de guerre ourdi par Abdoulaye WADE pour la non-tenue de la présidentielle le 24 février 2019 est donc voué à l’échec.
En répondant sans équivoque à ces messages d’un autre âge par le dédain, les Sénégalais ont remercié Dieu d’avoir, après 12 années d’épreuves, préservé leur pays d’un homme qui fait appel constamment aux instincts les plus bas de son peuple pour le gouverner. Abdoulaye WADE connait la plus vieille leçon de l’humanité : les passions sont toujours plus fortes que la raison,  et que les basses et noires passions sont de plus loin, plus fortes pour mobiliser que l’amour, le respect et la volonté de construire.
En procédant à des déclarations incendiaires, cet homme, d’un certain âge, et de surcroît ancien chef de l’Etat, a fait le choix mortifère et désespéré de diviser le pays, d’opposer les Sénégalais. Le thème est certes électoralement puissant pour mobiliser, mais mortel pour le pays, puisque l’unité et la paix civile constituent la première condition du redressement.
L’homme n’a pas changé. Il déteste la retenue qui sied aux grands hommes, aux hommes d’Etat, tout simplement. Il voulait construire son Sénégal, à lui, fait à son image: obsédé par les biens matériels, avide d’argent et indifférent à l’histoire. Il avait, en douze ans, fait de la peur son moyen, de l’argent sa fin et, du spectacle son théâtre de mise en scène. Il a porté jusqu’au cinglant verdict des Sénégalais, le projet absurde d’une monarchie fondée sur le sang, en voulant coûte que coûte, imposer son fils biologique à la tête de notre pays.  Son drame est connu : il ignore que la fonction d’ancien Président de la République, pour commander le respect, l’oblige à l’exemplarité, la hauteur et la noblesse. Qui eût imaginé SENGHOR, ou Abdou DIOUF ou Macky SALL lancer des appels à l’émeute!
Les faits concernant Abdoulaye WADE sont têtus. Adepte de la démesure et de l’excès, il avait accusé le régime du Président Abdou DIOUF de tous les péchés inimaginables ; l’ancien Président du Sénat et ancien camarade de parti, de pratiquer des sacrifices humains. Le discours de WADE lors de sa dernière sortie en France, avant de venir dans notre pays, et sa délectation morbide d’atrocités commises dans des régimes dictatoriaux, constituent une véritable tragédie. La raison en est encore plus triste : vouloir imposer à la tête de notre pays, son fils, condamné pour détournement de deniers publics, et résidant dans les palaces de Doha.
Les déclarations incendiaires d’Abdoulaye WADE – toutes punies par notre Code pénal- traduisent l’état d’esprit d’un homme en déliquescence, affaissé et rompu aux pratiques insurrectionnelles. Un homme qui n’a pas encore digéré sa défaite électorale. Son acharnement inouï sur le Président Macky SALL est symptomatique d’une obsession maladive, d’un refus de considérer que le peuple sénégalais a décidé, depuis le 25 mars 2012, de mettre fin à sa longue et sulfureuse carrière politique.
Jamais le Président Macky SALL n’abaissera la fonction présidentielle en lui répondant. Abdoulaye WADE fera seul, avec ses épigones, son colloque intérieur. Me Abdoulaye WADE appartient au passé de notre pays. En se comportant comme il a fait, il s’est résolument et définitivement détaché de la galaxie des hommes et des femmes qui ont écrit les plus belles pages de notre longue histoire politique, sociale et spirituelle.
Pendant ce temps, Dieu merci, le Sénégal se construit. Il se construit à la suite du redressement le plus spectaculaire de notre histoire qui nous a sauvés du gouffre dans lequel le régime de Abdoulaye WADE avait plongé le Sénégal. Presque dans tous les secteurs de la vie économique, les réalisations du mandat de redressement du Président Macky SALL ont été plus salutaires que tout ce que notre pays a réalisé depuis son indépendance : défense, infrastructures, équipements des terroirs, services sociaux de base.  Pour la première fois dans notre histoire, le Sénégal rétablit la continuité de son territoire national, lance une grande politique de gratuité et d’assistance aux couches sociales les plus défavorisées. Même l’amélioration du bien-être spirituel a connu un bon avec le soutien de l’enseignement confessionnel.
Mais l’irrépressible marée humaine qui accompagne le candidat Macky SALL partout dans notre pays et qui laisse l’opposition désespérée, se justifie par les promesses de sens du prochain mandat ; un mandat qui va transformer radicalement notre pays, en le modernisant, tout en consolidant la paix et la sécurité grâce à un voisinage géostratégique mieux maitrisé.
Contrairement à ceux qui divisent notre pays et opposent les uns aux autres, le candidat Macky SALL sait que l’unité nationale est la première condition du redressement et de la transformation de notre pays. Il la recherche, sans polémiquer, dans le respect, la politesse et la courtoisie. A l’image du vrai Sénégal qui, décidément, lui ressemble !
La déferlante de Macky SALL traduit la détermination des Sénégalais et leur choix clair de continuer à lui confier le destin de notre pays.
C’est pourquoi, l’Alliance pour la République invite les militants et sympathisants de la Coalition Benno Bokk Yaakar, de la Grande coalition de la majorité présidentielle et de la Plateforme des forces de l’émergence, à continuer à expliquer, auprès du peuple, le bilan et le programme du candidat Macky SALL ; à éviter la provocation des forces d’invective et de la haine, et à se mobiliser pour traduire sans équivoque, notre suprématie électorale au soir du 24 février 2019.

OUSMANE TANOR DIENG, SUR LES MENACES DE WADE :  «ON NE LAISSERA PAS FAIRE»

http://www.sudonline.sn Le président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), Ousmane Tanor Dieng et membre du directoire national de la coalition Benno Bokk Yaakar (BBY) a réagi hier, jeudi 7 février, depuis la commune de Nguéniène, aux menaces de l’ancien président Abdoulaye Wade. Il conseille ce dernier de ne pas défier l’Etat en s’engageant dans une dynamique d’empêcher une tenue de la présidentielle 2019

Selon Ousmane Tanor Dieng, la démarche préconisée par Abdoulaye Wade est ‘’contradictoire car quand on veut boycotter une élection et ne pas y participer, on reste chez-soi, laisser ceux qui veulent, aller voter le faire’’. ’’On ne laissera pas faire’’, dira-t-il. Selon OTD, «le système qui a fait deux alternances au Sénégal est fiable» et «on ne peut pas frauder avec». Il s’est demandé si Wade était encore président, s’il accepterait que des gens veuillent empêcher un bon déroulement du vote.

Tanor s’est prononcé suite à une réunion avec son comité électoral communal pour leur demander la mise en œuvre de dispositions pratiques par la mise en place autour des lieux de vote des comités électoraux. La démarche, à l’en croire, va contribuer à faire voter le maximum d’électeurs possibles et à une sécurisation du vote avec en toile de fond, l’autonomie des jeunes occupant le terrain. Ceci pour OTD est une réplique d’une stratégie déjà mise en place lors des collectes des parrainages. Selon lui, la coalition BBY à Nguéniène très riche de ses composantes va faire un tabac jamais égalé avec le travail se faisant avec, le Ps, l’Apr, l’Afp, les autres partis et mouvements.

Il a salué l’expérience des représentants de la coalition Bby et a invité aussi à méditer sur un fait : «une élection n’est jamais gagnée d’avance». Pour Tanor, avec des frustrations à tort ou à raison lors du déroulement de la marche vers un second de Macky Sall, les maîtres pour lui, sont la solidarité, la tolérance et le partage des efforts.

Faisant le décompte de cinq cent et quelques communes au Sénégal, il a fini par soutenir de ne pas voir celles où les candidats opposés à Macky Sall détenir une grande majorité.

En plus, selon lui toujours, si chaque comité électoral du candidat de BBY gagne son bureau et un centre de vote, le candidat Macky Sall gagne partout. Par conséquent, la confiance dégagée à la suite de ce constat, doit pousser les membres de BBY à continuer le travail de proximité  et la concrétisation de stratégies aux fins citées plus haut. Cela passe, à l’en croire, à la mise en place de dispositions spéciales pour avoir un taux de participation élevé le jour du vote.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*