AUDITION DES CINQ CANDIDATS PAR LE PATRONAT : LES OBSTACLES À LA VALIDATION DU BUSINESS PLAN

AUDITION DES CINQ CANDIDATS PAR LE PATRONAT:LES OBSTACLES À LA VALIDATION DU BUSINESS PLAN
AUDITION DES CINQ CANDIDATS PAR LE PATRONAT:LES OBSTACLES À LA VALIDATION DU BUSINESS PLAN

http://www.emedia.sn A défaut d’avoir un débat qui les confronterait sur les principaux thèmes de leurs programmes respectifs, les cinq candidats en lice pour l’élection présidentielle du 24 février 2019 pourraient passer au jury du Patronat. Selon des informations obtenues par Emedia.sn, deux réunions préparatoires se sont tenues la semaine dernière, en vue d’organiser une audition des candidats par le Patronat sénégalais. Des organisations patronales telles que la CNES (Confédération nationale des Employeurs du Sénégal), le CNP (Conseil national du Patronat), le MEDS (Mouvement des Entrepreneurs du Sénégal) ainsi que des représentants de la Chambre de Commerce, y ont pris part.

Ainsi, si le projet, Macky Sall, candidat à sa propre succession et ses quatre challengers Madické Niang, El Hadji Issa Sall, Idrissa Seck et Ousmane Sonko, seront entendus séparément par Mansour Kama, Baïdy Agne, Mbagnick Diop, Babacar Ngom et leurs pairs. A ce titre, le président sortant est attendu sur son bilan par rapport aux entreprises. Les autres candidats vont exposer ce qu’ils proposent concrètement, avec une prévision sur les chiffres et actions qu’ils comptent mener concernant les sujets tels que la commande publique, le financement des entreprises, l’accès au crédit, les questions fiscales, etc. En gros, une dizaine de thématiques était encore retenue.

Selon des sources proches des initiateurs du projet dont l’ambition est d’amener les candidats à s’engager sur des options chiffrables et réalisables, le patronat espère des réponses claires, construites en ce sens. Toutefois, il est à noter qu’en raison du timing, en pleine campagne électorale, la démarche ne convainc pas encore toutes les parties prenantes tant il semble y avoir un retard à l’allumage, à un peu plus de deux semaines du scrutin. Sous un autre angle, c’est l’assiette de questions qui indisposerait les staffs de communication respectifs de la bande des cinq, conscients des enjeux de l’heure et, surtout, du fait que la moindre glissade pourrait être éliminatoire et le moindre engagement serait scruté à la loupe pour passer à la lessiveuse des réseaux sociaux. Exercice sans doute jugé trop risqué, dans la mesure où les engagements feront l’objet d’une publication. BN FAYE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*