Amnesty Sénégal demande à Wade de surseoir à son projet

Amnesty Me Abdoulaye Wade projet boycott elections
Amnesty Me Abdoulaye Wade projet boycott elections

http://www.dakarmatin.com Abdoulaye Wade veut empêcher la tenue de l’élection présidentielle du 24 février prochain. Joint au téléphone par emedia, le représentant d’Amnesty Sénégal international Seydi Gassama demande à l’ancien président de la République Abdoulaye Wade de surseoir à son projet. « Nous avons suivi cette déclaration de Me Abdoulaye. Malgré qu’il ait annoncé qu’il envisage pas des actions violentes, nous ne voyons pas comment il peut empêcher les élections de se tenir par des actions non violentes », clame Seydi Gassama.

Selon lui, l’appel de Wade fait craindre des violences. C’est pourquoi, Seydi Gassama demande à l’ancien président de surseoir à son projet. « Nous souhaitons que Me Wade sursoit à ce projet et attende la fin des élections pour engager le combat qu’il veut mener, mais de façon pacifique. Le Sénégal a toujours connu des dialogues, il peut attendre que le nouveau président puisse s’installer et créer les conditions pour qu’il puisse avoir dialogue »

LE FORUM DU JUSTICIABLE DEMANDE À WADE DE SAVOIR RAISON GARDER

http://www.emedia.sn Abdoulaye Wade menace de perturber la tenue de la présidentielle du 24 février prochain. Dans une vidéo publiée dans une chaine Youtube, l’ancien président appelle à s’opposer à une « élection verrouillée » par Macky Sall. Des menaces que Babacar Ba du Forum justiciable, joint au téléphone par emedia.sn condamne.

« Abdoulaye Wade a le droit de venir au Sénégal. Mais, ce qu’on ne peut pas accepter aujourd’hui, c’est que sa venue puisse déstabiliser le pays. Et nous condamnons toute déclaration venant de lui et qui s’inscrirait dans la logique de déstabiliser le pays. A son âge, il n’a pas le droit de déstabiliser le pays ».

Plus loin, le Forum justiciable milite pour des élections apaisées. « Nous voulons des élections apaisées. Nous voulons des élections sans violence. Nous sommes dans un Etat de droit. Et le conseil constitutionnel a déjà arrêté la liste des candidats. Maintenant, nous, tous, avons noté des manquements et je pense qu’on a fait notre critique à temps ».

« C’est pas parce que Karim Wade n’est pas candidat, que forcément il n’y aura pas d’élection au Sénégal », regrette Babacar Ba qui soutient qu’un « Etat de droit ne fonctionne pas ainsi ».

Il demande à l’ancien président de la République du Sénégal d’accepter le verdict du Conseil constitutionnel. « Parmi les recalés, il y a certains qui ont accepté leur sort. Ils sont en train à former des alliances pour pouvoir briguer le suffrage des sénégalais. Et, je crois que Wade doit s’inscrire dans cette logique de soutenir un candidat ou de s’abstenir. Mais, nous n’allons pas accepter qu’il empêche la tenue de l’élection. Il ne doit pas faire moins que ses prédécesseurs » Thierno Malick Ndiaye

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*