Quatre de ses militants blessés, Pastef annonce une plainte

Quatre de ses militants blessés,Pastef annonce une plainte
Quatre de ses militants blessés,Pastef annonce une plainte

http://www.emedia.sn Ça dégénère. Quatre (4) blessés ont été enregistrés, hier lundi 4 février, dans la caravane du candidat de la coalition « Sonko président », à Saint-Louis. Amadou Moustapha Niang, vice-coordonnateur de Pastef Saint-Louis, qui indexe les « marrons du feu » du camp présidentiel, annonce une plainte.

« Nous cheminions tranquillement pour faire notre caravane, narre-t-il, interrogé par le correspondant d’iRadio. En fait, nous avions déposé une demande d’autorisation au niveau de la Préfecture. Le lieu de départ, c’était Pikine pour aller vers la gare routière. »

C’est là, dénonce-t-il, « qu’on a senti qu’il y avait des gens qui nous suivaient mais pour nous, ce n’était pas grave car nous pensions que c’était des gens qui habitaient le quartier. »

« Au retour, enchaîne le soutien de Sonko, nous avons constaté que ces mêmes gens continuaient à nous suivre. Nous avons décidé délibérément de changer d’itinéraire parce qu’ils commençaient à faire un peu sombre. C’est en ce moment même qu’on s’est vu attaquer par des nervis qu’on a bien identifiés, qui sont les marrons du feu du candidat Macky Sall. Bien avant de nous attaquer, ils nous ont menacés en nous insultant. Armés jusqu’aux dents, ils ont eu à blesser certains parmi nous dont un blessé grave. »

Sonko : «On m’accuse alors que Macky Sall a un budget de campagne de 10 milliards»

iGFM-(Dakar) De passage à Koungueul, mardi aux alentours de midi, Ousmane Sonko a évoqué les nombreuses accusations portées contre lui depuis quelques temps; Face aux population, le candidat de la coalition « Sonko Président » a soutenu qu’on l’accuse gratuitement. « On ne fait que m’accuser mais je ne répondrai pas aux accusations. J’ai déjà fait ma déclaration de patrimoine en faisant savoir que je n’ai qu’une seule maison et une voiture. Pourtant, Macky Sall qui dit avoir un budget de 3 milliards F CFA pour sa campagne, dispose sans doute de 10 milliards. Il n’a pas donné les bons chiffres », a-t-il affirmé. « C’est l’argent du peuple, il ne faut pas qu’il fasse croire que c’est son propre argent », a-t-il expliqué avant de replier pour retourner à Kaffrine où il est attendu, cet après-midi. Après, la caravane prendra la direction de Gossas, Bambèye puis Diourbel où elle va passer la nuit.Mamadou Salif GUEYE

Ministère des Finances : Un proche de Sonko relevé de ses fonctions

Seneweb.com Chef de la Division des prêts et avances au ministère de l’Économie et des Finances, Matar Sène est aussi le Trésorier du parti Pastef. On ne sait pas maintenant, selon Rewmi Quotidien, s’il existe un lien entre sa proximité politique avec Ousmane Sonko et le fait qu’il soit relevé de ses fonctions.

Couacs de campagne:Les excuses de Sonko

Seneweb.com La campagne de la coalition Sonko-président a connu des couacs hier. Un retard important a été noté dans le programme. A Kaolack comme à Guinguinéo, Ousmane Sonko a reconnu les faits tout en présentant ses excuses. « Nous avons connu des problèmes, c’est pourquoi tout ne s’est pas passé comme prévu. L’attente a été longue, nous nous en excusons. Le problème a démarré depuis Dakar. Nous nous excusons aussi auprès de nos parents, de la presse qui viennent juste d’arriver (21 h). Ce sont des couacs de démarrage, mais ça n’arrivera plus », a-t-il promis lors de son meeting à Kaolack.

À Guinguinéo également où il est arrivé presque à minuit, le discours a été le même. Le  leader du Pastef s’est excusé auprès de la population. « J’ai eu même un petit accrochage avec le leader du Pastef qui m’a menacé, parce que nous sommes en retard. Mais ça traduit l’engagement et la passion. Nous vous prions de nous comprendre, c’est notre première campagne présidentielle. C’est normal qu’il y ait des couacs de démarrage. Malheureusement c’est tombé sur Kaolack », regrette-t-il. Sonko s’est aussi excusé de n’avoir pas pu rendre visite aux chefs religieux de la ville, parce qu’il faisait tard.Babacar WILLANE –

Ousmane Sonko attaque encore au candidat de Benno Bokk Yakaar : «Macky Sall est le pire Président que le Sénégal ait connu»

https://actusen.sn Après Kaolack, la coalition «Sonko Président» était, ce mardi à Koungeul pour convaincre les populations et présenter son programme. Occasion saisie par Ousmane Sonko  pour lancer quelques piques au Président sortant, par ailleurs candidat de la coalition «Benno Bokk Yakaar», Macky Sall, qu’il considère comme étant le pire Président que le Sénégal ait connu.

“De tous les Présidents qui sont passés par là, Macky Sall est le pire, parce qu’il a vendu toutes nos ressources aux étrangers”, a déclaré le leader de Pastef.

Ousmane Sonko ajoute que, contrairement à ce qu’il a déclaré, Macky Sall a dépensé plus de 10 milliards pour la campagne présidentielle. “Il a déclaré qu’il a dépensé 3 milliards de F Cfa pour battre campagne. Mais il trompe les Sénégalais car, il a injecté plus de 10 milliards parce qu’il est au courant de sa mal gouvernance. Et il veut acheter la conscience des Sénégalais pour avoir un deuxième mandat. Et il fait le tour du pays pour des méga-meeting”, a-t-il révélé.Mansour SYLLA (Envoyé

Ousmane Sonko revient sur la violence exercée sur ses militants: « Après avoir lâchement assassiné Mariama Sagna… »

https://www.pressafrik.com Apres avoir fait le tour de Kaffrine, Ousmane Sonko a tenu un petit discours, au cours duquel, il est revenu largement sur la violence exercée sur ses militants et militantes. « Macky Sall et BBY, ont peur. C’est comme si seul le Pastef qui est là. S’ils s’arrêtaient à des agressions verbales, ce serait bien, mais maintenant vous avez vu ce qu’il se passe. C’est des agressions physiques », dénonce-t-il. Il a fait un rappel des différents cas de violences dont sont parti a été victime.

 » Ils ont d’abord commencé à Ziguinchor, ou ils avaient envoyé des forces de l’ordre chez moi pour essayer d’intimidé en disant qu’ils sont venus récupérer le fiche de parrainage. Après ils ont fait un assassinat lâche à notre militante Mariama Sagna. Quelques temps après, la pharmacie d’un de nos militants à été attaquée. Ils sont revenus encore pour saccager notre siège (A Ngor). Hier (lundi 4 février) aussi à Saint-Louis, nos militants ont été attaqués avec des machettes », tonne le leader du pasteur. Avant de préciser que Macky et Bby se trompent. Parce-que dit-il,  »après leur forfait, ils s’empressent à dire qu’il victimise. Nous ne victimisons pas. nous n’avons pas peur ».
 » je lance un appel au forces de défense et de sécurités, je lance un appel aux autorités religieux de ce pays, nous lançons un appel à la justice sénégalaise. Si ça continue ainsi nous allons prendre nos mesures », cogne Ousmane sonkoAYOBA FAYE

À Koungeul, Ousmane Sonko réaffirme qu’il ne s’est pas engagé en politique pour s’enrichir

https://actusen.sn Venu convaincre l’électorat sénégalais dans cette partie du pays, Ousmane Sonko a laissé entendre qu’il ne s’est pas engagé en politique pour s’enrichir. “Le jour où j’ai été élu député, j’avais pris la décision de diviser mon salaire en trois parties. La première a été réservée au pouponnière de Kaolack, la seconde pour financer les femmes transformatrice de Casamance et la dernière a été allouée au siège du Pastef pour payer le loyer. Donc, pour vous dire que je ne suis pas entré en politique pour chercher de l’argent”, a fait savoir le député qui a aussi apporté des promesses aux populations une fois élu à la tête du pays.

“Si je suis élu, nous allons diriger dans la transparence pour l’intérêt du pays. Les fonds politiques seront supprimés. Et je peux décréter à Koungeul que Macky Sall et son régime corrompu et incompétent seront renversés au soir du 24 février”, a promis Ousmane Sonko. Aussi, a-t-il exhorté les jeunes d’aller retirer leurs cartes pour aller dans les urnes. “Il faut choisir un candidat qui a de la compétence et qui est patriote. Et je demande aux jeunes d’aller voter le jour du scrutin parce qu’ils représentent 65% de l’électorat”, a-t-il conclu.Mansour SYLLA

Ousmane Sonko : »je n’ai jamais détourné de l’argent et si tel est est le cas, que Macky Sall vienne avec la justice pour me conduire en prison”

https://actusen.sn Après une nuit à Kaolack, le leader de Pastef a changé de destination. Direction Koungeul. Là bas Ousmane Sonko a répondu à ses détracteurs qui, selon lui, essayent de ternir son image. “Je n’ai jamais détourné de l’argent et je suis le seul candidat à faire une déclaration de patrimoine lorsque j’ai été radié de la Fonction publique par le Président Macky Sall. Quand j’étais à la Direction des Impôts et des Domaines, on mettait chaque jour sur la table des sommes de 100 à 200 millions F Cfa et pendant ce temps, j’avais des difficultés à payer le loyer. Maintenant si je suis coupable d’un détournement, que Macky Sall vienne avec la justice pour me conduire en prison”, a dit Ousmane Sonko. Qui ajoute en ces tremes: “chaque jour, on fait des amalgames pour détruire mon image, mais jamais vous n’entendrez que Ousmane Sonko a été convoqué par la justice”.Mansour SYLLA (Envoyé spécial)

Sonko, lâché par Atepa? Sa coalition dément

http://www.emedia.sn/ La coalition Sonko Président dément avec la plus grande fermeté les allégations contenues dans l’article « Faute de moyens logistiques : l’équipe de campagne de Ousmane Sonko et la presse ne peuvent quitter Dakar, un de ses proches accuse Atepa ». C’est la réaction de la commission de communication de la coalition Sonko président après la publication ce lundi de cet article par un site internet de la place. La cellule a tenu à préciser que « Président Pierre Goudiaby Atepa à mis à la disposition de la coalition Sonko Président tous les moyens nécessaires pour un bon déroulement de la campagne électorale. »
Pour rappel cet article dont il est question a été écrit suite au retard du bus transportant une bonne partie de la presse privée suivant la caravane du candidat. Le leader du pastef s’est même excusé de ce désagrément lors de son meeting tenu à Kaolack lundi après-midi, a raconte un témoin. Pape Ibrahima NDIAYE

Recours contre le parrainage : La Cour suprême déboute Samuel, Hadjibou et Atépa

Seneweb.com | Samuel Sarr, Hadjibou Soumaré et Pierre Goudiaby Atépa avaient saisi la Cour suprême pour demander l’annulation de la décision du Conseil constitutionnel portant mise en place d’un dispositif de vérification de parrainage et fixant les modalités de son fonctionnement. La Chambre administrative de la haute juridiction, statuant en matière de référé, a rejeté, rapporte Les Échos, les requêtes de ces trois ex-candidats à l’élection présidentielle.

Dans ses motivations, la Cour suprême constate : « Les décisions attaquées émanent du président du Conseil constitutionnel qui est une autorité judiciaire et non administrative, que ses actes ne sont pas susceptibles de recours pour excès de pouvoir, que cette irrecevabilité affecte tant les demandes d’annulation que les demandes tendant à la suspension de l’exécution de ces actes, l’irrecevabilité devant être relevée d’office par le juge des référés. Il s’ensuit que les requêtes et les recours encourent l’irrecevabilité ».

SUITE AUX PROPOS DE MOUSTAPHA CISSE LO : Les cadres casamançais plaident pour un jeu politique républicain

http://www.enqueteplus.com/ Le Collectif des cadres casamançais (Ccc) a du mal à digérer les propos de Moustapha Cissé Lô tenus à la suite du meeting du candidat Ousmane Sonko organisé le 26 janvier dernier à Ziguinchor. Le parlementaire a taxé de ‘’rebelles’’ ceux qui ont participé à la manifestation politique. ‘’Ces propos malencontreux, qui n’ont pas fini d’émouvoir les Sénégalais épris de paix et de justice, ont fait l’objet, de notre part, d’une analyse responsable, réfléchie et sans passion, pour en relever la gravité, les dangers et ensuite étayer la position du collectif dans cette affaire’’, fustigent les cadres qui estiment que le contexte électoral ne saurait justifier l’attitude du parlementaire.

‘’Est-il pertinent et responsable de faire feu de tout bois en usant de propos incendiaires pour convaincre du bien-fondé, de la légitimité et de la crédibilité de son camp politique ou de son candidat ?’’, s’interroge le Ccc. Lequel juge ‘’qu’aucune ambition politique – quelle que légitime soit-elle – ne devrait primer sur la paix, la stabilité sociopolitique du Sénégal au point de justifier toutes les dérives tendant à stigmatiser des citoyens’’.

Par ailleurs, compte tenu ‘’des efforts fournis sans relâche depuis plus de trois décennies pour le retour de la paix et la consolidation de l’unité nationale, et ce en synergie avec d’autres acteurs tout aussi engagés et déterminés’’, le Ccc ‘’déplore et condamne avec la dernière énergie les propos stigmatisant proférés par Moustapha Cissé Lô, hélas  coutumier de propos et de comportements aux antipodes de la bienséance, de la courtoisie républicaine  et de la convivialité’’.

Aussi, les cadres appellent-ils la classe politique, les candidats aux prochaines élections, en particulier, à la sérénité et à la retenue. C’est dans cette dynamique qu’ils ont lancé le plaidoyer pour une campagne électorale ‘’républicaine,  respectueuse et promotrice’’ d’une plus grande concorde nationale. Car, pour le conseiller Atab Bodian, ‘’au nom du principe de précaution, de la paix et de la concorde nationale’’, il incombe aux acteurs politiques ‘’de séparer des questions aussi sensibles que la crise casamançaise du jeu électoral, s’ils ne sont pas capables de jouer le double rôle de pacificateur et de garant de la stabilité  du pays’’. Les cadres invitent également les acteurs politiques à faire leur, “la qualité démocratique de notre vie collective dépend non seulement de notre capacité à juger le discours, mais aussi de la justesse de nos propres paroles”.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*