Vu de Londres, le climat d’investissement s’est amélioré en Afrique

Le climat d'investissement en Afrique s'est amélioré

https://www.financialafrik.com Selon le rapport « Africa Risk-Reward Index November» publié le 12 novembre à Londres, le climat d’investissement s’est largement amélioré en Afrique.

L’amélioration concerne les entreprises et  les investisseurs financiers. Le fait que la croissance sur le continent ait rebondit n’est pas étranger à cette bonne appréciation présentée dans la troisième édition de l’Indice de risque et de rendement en Afrique du cabinet de conseil spécialisé dans la gestion des risques Risks (www.ControlRisks.com) et Oxford Economics.

Après plusieurs années de turbulences politiques et économiques, avec la croissance la plus faible depuis le début des années 90, le rapport prévoit maintenant un retour en force de la croissance en Afrique subsaharienne jusqu’à la fin de la décennie, ce qui permettra de mieux rentabiliser les investissements par rapport au risque.

La croissance du PIB de l’Afrique subsaharienne devrait atteindre 3,7% l’an prochain, après avoir atteint 2,9% cette année, contre 2,6% en 2017, et une croissance anémique de 1,1% en 2016. En 2020, la croissance de l’Afrique subsaharienne devrait atteindre 4,3%.

D’autres indicateurs économiques clés, tels que les niveaux d’investissement direct étranger, se sont également améliorés. Les conclusions les plus récentes de l’Indice de risque et de rendement pour l’Afrique montrent clairement que la reprise en Afrique subsaharienne n’est pas portée  par les principales économies de la région, notamment le Nigéria et l’Afrique du Sud.

Outre l’Angola, l’indice montre que le Nigéria et l’Afrique du Sud n’ont enregistré que de légères améliorations dans le rapport risques / avantages depuis le dernier rapport en juin. Cela concorde avec les avertissements récents du Fonds monétaire international (FMI) selon lesquels les piètres performances relatives de ces économies freinent l’économie africaine au sens large.

Les profonds changements politiques survenus dans plusieurs régions de l’Afrique subsaharienne depuis la fin de 2017 ont poussé les nouveaux dirigeants de pays comme l’Angola et l’Éthiopie à adopter des programmes de réformes, ce qui représente des étapes largement positives pour la croissance future. Cependant, le rapport constate que la vague de réformes actuelle n’a encore amorcé que des améliorations significatives des scores risque / rendement au Zimbabwe Rédaction

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*